«Les projets livrés avant l’été »

routeLe ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, en visite de travail dans la wilaya d’Aïn Témouchent, s’est rendu dans huit communes afin de s’enquérir de l’avancement des projets, dont a bénéficié la région. Après s’être déplacé au port de Bouzedjar, où sont effectués des travaux d’aménagement, le représentant du gouvernement a fait une halte au niveau du chemin de wilaya 26, séparant le village de Terga du chef-lieu de daïra d’El Malah. Le tronçon, d’une longueur de neuf kilomètres et particulièrement fréquenté en période estivale, subit, actuellement, des transformations en vue de la création d’une double voie, dont l’impact sur la sécurité routière est jugé très positif, compte tenu de la dangerosité de l’actuel tracé.
Le ministre a également inspecté le chantier de l’échangeur sur la RN 2 et reliant les deux communes citées. A Aïn Témouchent, M. Amar Ghoul a procédé au lancement d’un projet de construction d’une passerelle au-dessus d’une voie ferrée passant à proximité des lotissements 503 et 707. Au cours de l’après-midi, la délégation ministérielle a pris la mesure des conditions d’avancement de la 1ère tranche des quinze kilomètres de la double voie de la RN 35, reliant Tlemcen et Aïn Témouchent, à hauteur de la localité de Sidi Ben Adda, puis, plus loin dans la commune d’Aïn Tolba, un second tronçon de vingt kilomètres et ce, avant de se diriger vers le village de Béni Ghanem, relevant de la commune de l’Emir Abdelkader, pour visiter la maison cantonnière implantée sur le chemin de wilaya n° 22.
Le ministre des Travaux publics a achevé sa tournée par une inspection au port de Béni Saf, où s’opèrent d’importants travaux de renforcement du quai. A la faveur de l’inauguration du nouveau siège de la direction des Travaux publics, une infrastructure, qui a conquis, elle aussi, sa place au milieu du bel agencement des autres directions d’exécutif, M. Amar Ghoul, approché par la presse locale, a souligné le caractère bénéfique des espaces verts et des aires de détente, qui doivent jalonner le réseau routier. Evoquant cet aspect, il parlera de distribution intelligente des centres de services prévus sur les axes routiers.
Concernant le projet du siècle, à savoir l’autoroute est-ouest, le plus important du bassin méditerranéen, d’après le ministre, il sera doté de toutes les commodités propres à une grande voie de communication.
On sait déjà que soixante aires de services seront réalisées, ainsi que des unités de Gendarmerie nationale et de la protection civile, sans compter un centre d’appel d’assistance, des restaurants, des cafétérias, des lieux de prière, des parkings et autres aires de repos, dans le respect des normes internationales, avec des signalisations adéquates.
A titre d’exemple, la distance entre deux stations-service sera de quatre-vingts kilomètres. Quant à la gestion et à l’exploitation de ces espaces, celles-ci pourraient générer jusqu’à trois cent mille emplois directs et indirects. L’autoroute est-ouest bénéficiera d’un atout majeur avec la création d’une station de radio destinée aux usagers, qui empruntent cet imposant sillon de neuf cent vingt-sept kilomètres de long et dont le coût est estimé à onze milliards de dollars, soit huit cent quatre-vingts millions de dinars le kilomètre. C’est le plus grand chantier de l’histoire du pays, lequel traversera dix-neuf wilayas et en desservira vingt-quatre autres. Il va nécessiter le déplacement de cent millions de mètres cubes de terre, la réalisation de onze tunnels percés sur deux fois trois voies, trois cent quatre-vingt-dix ouvrages d’art, dont vingt-cinq viaducs : Une véritable œuvre pharaonique !

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman