275 km de routes réhabilités

travauxD’aucuns sous-estiment les efforts consentis par l’Etat, en matière de réhabilitation du réseau routier à travers le territoire de la wilaya d’Aïn Témouchent. Le bilan de l’année 2007 révèle des indicateurs fort intéressants tant sur les plans de la réalisation que de l’amélioration du parc routier. Ainsi, au titre des opérations planifiées portant renforcement et réhabilitation du réseau routier, une enveloppe de 2.960.715.000,00 de DA a été allouée au secteur des Travaux publics et a ciblé un linéaire de 277,05 km, dont 115,5 km consacrés aux routes nationales, 9,7 km réservés aux chemins de wilaya et le reste, soit 151,85 km, destiné aux chemins communaux. L’ensemble de ces efforts et autres entrepris par le secteur des Travaux publics de la wilaya d’Aïn Témouchent a eu des impacts positifs dans l’amélioration de l’état de la chaussée et les conditions de transport ainsi que la création de postes d’emplois temporaires pour 1.403 saisonniers.
Cependant, en matière de statistiques relatives aux accidents de la circulation, il a été enregistré en 2007 une hausse de 21 % par rapport à l’année passée. La hausse est également relevée en matière de nombre de morts. Il a été comptabilisé 62 morts en 2007 contre 36 en 2006, soit une hausse de 72 %, d’après le bilan effectué par le service compétent de la wilaya d’Aïn Témouchent. Quelle lecture d’analyse donne-t-on à ces chiffres ? L’évolution durant deux exercices est-elle suffisante pour se prononcer ? Et pourquoi les nombres d’accidents et de morts se sont élevés alors que l’Etat a dépensé une somme colossale pour le renforcement et la réhabilitation des routes ? Faut-il comprendre que les causes réelles sont ailleurs et qu’il faut impérativement les mettre en exergue pour les prendre en charge.
Ce panier de questions et d’autres venant en amont et en aval pour les compléter interpellent les responsables à charge et les connaisseurs en la matière pour les élucider et décrypter leurs causes. Lorsqu’on sait qu’il y a une nette régression de retraits de permis de conduire et une diminution de contraventions de l’ordre de 15 à 20 % entre les deux dernières années, l’observateur reste quelque peu figé de voir des contradictions des statistiques d’un secteur à un autre.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman