56 harraga arrêtés à Aïn Temouchent

Suite à une information parvenue à la compagnie de la gendarmerie nationale de Aïn Temouchent, faisant état de la présence de harraga dans la région, plusieurs brigades ont procédé, dans la nuit de lundi à mardi derniers, vers 3h30, à une embuscade qui a duré plusieurs heures. Leur longue attente sera finalement récompensée car, sur la RN96 reliant Ouled Kihel à Terga, onze véhicules de transport sont tombés dans les rets des forces de l’ordre qui arrêteront ainsi pas moins de 56 personnes qui se dirigeaient vers les plages, soit de Oued Halouf, soit de Terga, dans le but évident de tenter la traversée vers la péninsule ibérique à partir d’endroits non surveillés.
Selon les premiers éléments de l’enquête, les candidats à l’émigration clandestine sont venus des régions de Chlef, Relizane, Oran et Aïn Temouchent. Il s’agit de jeunes dont plus du tiers avait une activité commerciale lucrative, notamment des commerçants ou des chauffeurs de taxi. Les gendarmes ont également saisi sur eux d’importantes sommes d’argent en euros et en dinars; chaque personne interpellée avait effectivement dans ses poches entre 200 et 400 euros et plusieurs milliers de dinars. Dans leurs sacs à dos et autres bagages à main, il sera trouvé des vêtements et des repas froids. On nous a aussi signalé que plusieurs jerricans pleins d’essence ont été découverts dans les onze véhicules. Selon le colonel de la gendarmerie, «l’enquête est toujours en cours; il nous faut maintenant parvenir à remonter la filière et mettre la main sur les passeurs et les propriétaires des embarcations».
Signalons enfin que les émigrants clandestins choisissent généralement une période de beau temps pour tenter de rejoindre les côtes espagnoles, de préférence à partir des plages de la wilaya de Aïn Témouchent éloignées d’à peine une centaine de kilomètres.

source: voix-l’oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman