Alerte aux rats dans les cantines scolaires

Personne ne peut rester insensible ou afficher une indifférence, quand la vie des écoliers et collégiens est menacée par un fléau. Depuis peu, des directeurs d’établissements scolaires et des gérants de cantines ont tiré la sonnette d’alarme puis un SOS pressant, au sujet de ce qu’ils qualifient de grave prolifération de rats noirs. Interrogé dans ce cadre précis, le responsable du BHC, M. Abdelmoula Kacem, a confirmé l’information qui lui est parvenue sous forme de requêtes émanant de plusieurs écoles dont Taleb Abderrahmane, Harchaoui et la Nouvelle école de Haï Zitoune, à titre d’exemple.
Les collectivité locales, les autorités de l’Environnement et de la Santé publique sont interpellées et le problème doit être vu sous toutes ces facettes, de peur qu’une épidémie se déclare comme pour les fermes il y a quatre ans environ. Il s’agit de requêtes faites par des directeurs d’établissement et de gestionnaires de cantines scolaires. Dans leurs lettres adressées au P/APC d’Aïn Témouchent, ils demandent à ce que soit prise en urgence une vaste opération de dératisation et de désinfection, car le rat est un agent de transmission de maladies vectorielles contagieuses et dont la prise en charge est très coûteuse. L’on cite la peste et la leptospirose à titre indicatif. Les points noirs sont recensés par le BHC et les collectivités locales, apprend-on. Où peut donc résider le problème pour passer à l’action ? Selon le responsable du BHC, il ne faut pas se contenter d’une seule campagne par an, mais la dératisation doit s’effectuer 4 fois par an pour, d’une part, réduire le seuil de nuisance et casser le cycle de reproduction des rats, d’autre part.
Toute la question réside en la connaissance de cet aspect pour lequel, les vétérinaires et le service épidémiologique de la wilaya doivent contribuer dans la méthodologie de lutte à entreprendre. Connaissant la topographie du chef-lieu de wilaya et la configuration de son bâti, il est clair que la commune ne dispose pas de tous les moyens pour mener à bien cette opération d’envergure, car elle nécessite une entreprise spécialisée comme l’Hurbal d’Alger, une EPIC qui prend en charge tous les fléaux liés à l’hygiène et la salubrité publique.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman