ANSEJ – Aucun financement sans formation

ansejEn marge de l’installation de la commission locale d’évaluation et de financement (CLEF), le directeur de wilaya de l’ANSEJ, M. Haddam, annonce qu’à partir de cette année 2008, son organisme n’acceptera plus de financer que les projets retenus et dont les promoteurs auront suivi au préalable une formation de management dispensée par ses services. Telle est la principale information que l’on retire de l’application des nouvelles instructions émanant du ministère du Travail, de la Protection sociale et de l’Emploi et qui ont incité l’agence témouchentoise de l’ANSEJ à procéder à une nouvelle session de formation, au profit de 24 jeunes promoteurs en exercice ou postulant au financement.
Cette formation qui s’est déroulée jusqu’à hier mercredi, au sein de l’Institut national spécialisé de la Formation professionnelle (INSFP) d’Aïn Témouchent, devrait permettre aux stagiaires de se familiariser avec les arcanes de la gestion, du marketing, de la gestion des stocks et même de la fiscalité, afin de réduire le taux d’échec, jugé jusque-là trop élevé, dans ce genre de micro-entreprises. Ainsi, le module sur la fiscalité, que trop peu d’entre eux maîtrisent, a été animé par les responsables de la direction de wilaya des Impôts. Le directeur de wilaya de l’ANSEJ, M. Haddam, a saisi cette opportunité pour annoncer qu’à partir de cette année 2008, cet organisme n’acceptera plus de financer que les projets retenus et dont les promoteurs auront suivi au préalable une formation de management dispensée par ses services.

Cela après avoir également fait part de l’installation de la Commission locale d’évaluation et de financement (CLEF), qui aura pour mission d’étudier et de déterminer les projets éligibles au financement et potentiellement créateurs de richesses et d’emplois. Cette commission est constituée non seulement des directeurs de l’Exécutif concernés (DPAT, Emploi, Formation professionnelle, représentant du wali), mais aussi des délégués des banques et des différentes chambres professionnelles. Il est sous-entendu par-là même, une participation effective des banques à titre de partenaires et non plus comme de simples figurants. Apparemment, des consignes leur ont été données, pour libérer leurs crédits en faveur des jeunes promoteurs méritants, pour concrétiser enfin la politique du Gouvernement en matière d’emploi.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman