Bras de fer au lycée Maghni-Sandid

Les classes de 3ème AS des filières Mathématiques (M) et Techniques Mathématiques (TM) sont au milieu d’un bras de fer opposant le proviseur du lycée Maghni-Sandid de Aïn Témouchent à 5 professeurs. Ces derniers refusent l’intégra-tion de ces deux filières en une seule classe de 20 élèves, du moins pour l’enseignement des matières communes. Très inquiets de la situation qui prévaut dans ce lycée, dans lequel ils sentent que leurs enfants sont pris en otages dans une querelle qui leur est étrangère et qui n’est pas sans les préoccuper en raison de l’échéance du bac de juin 2009, qui se rapproche de plus en plus. Dans ce contexte, l’association des parents d’élèves (APE) s’est réunie, jeudi dernier, avec le proviseur de cet établissement du secondaire, M. Sayah Boualem. Selon ce dernier, «pour la première fois dans l’histoire de ce lycée, nous avons deux classes de 3ème AS, la TM qui compte 8 élèves seulement et la M un peu plus fournie avec 12 élèves. En tant que premier et seul responsable de l’organisation pédagogique dans ce lycée, j’ai élaboré dans l’intérêt des élèves des emplois du temps provisoires, à exécuter par les professeurs des matières respectives de langue française, sciences islamiques, langue vivante, littérature arabe et histoire – géographie.
Depuis le 13 septembre 2008, j’ai donc intégré les deux classes M et TM, en une seule classe de 20 élèves, pour suivre en commun les cours des 5 matières énumérées, pour lesquelles ces deux classes ont le même volume horaire et le même coefficient», a poursuivi le proviseur. Et d’ajouter que ces 5 professeurs ont agi ainsi, parce qu’ils jugent que le nouvel emploi du temps ne les arrange guère et ne pose aucun problème pédagogique comme ils veulent le faire croire. A cette décision au demeurant pragmatique, les 5 professeurs censés enseigner ces matières, ont subitement opposé une attitude de nature bureaucratique. En effet, après avoir enseigné durant quelques semaines dans le cadre de l’emploi du temps soumis par leur proviseur, ils ont viré de bord, non sans s’être concertés dans leur réunion du 25 octobre dernier, pour exiger du proviseur de justifier sa décision pédagogique par une circulaire émanant de la tutelle et prouvant sa légalité. C’est du moins l’explication donnée par un professeur influent préférant garder l’anonymat, en réponse à un ancien enseignant à la retraite, pour lequel «il est inadmissible que ces 5 professeurs lâchent ainsi leurs élèves au milieu du gué, pour une question d’ordre administratif.» Pour ce dernier, «cette attitude équivaut à un abandon de poste pur et simple…», a-t-il laissé tomber.
Comme si cela ne suffisait pas, ces élèves qui se sentent dans la peau d’otages, attendent toujours leur professeur de… physique. Une matière éliminatoire au Bac, dont le coefficient est de 6. Un trou que la fonction publique ou la direction de l’Education tarde à combler. C’est du moins ce que les parents d’élèves ont appris, alors qu’ils étaient en pleine réunion d’APE, jeudi dernier, quand vers 10h00, des élèves de la 3ème AS (M) ont fait irruption dans l’amphi, où se tenait l’assemblée, pour informer leurs parents de ce manque de compétence inadmissible en cette matière, et ce, à quelque 6 mois du Bac. Autant dire que les parents n’ont pas manqué d’insister, pour que leurs enfants soient rétablis dans leurs droits et de refuser de les laisser prendre en otage par ce qu’ils nomment «un imbroglio d’ordre administratif et pédagogique.»
En des termes simples, les parents disent ne pas comprendre pourquoi leurs enfants chôment, au lieu de préparer leur BAC 2009, en laissant entendre qu’ils n’ont pas les moyens de leur payer les cours du soir en privé, pour rattraper ces ratages qui relèvent de l’administration.
Revenant à la charge, le proviseur a déclaré avoir instruit les 5 professeurs récalcitrants, pour continuer à faire leur travail jusqu’à ce que la tutelle trouve une solution, tout en rappelant que ce regroupement pédagogique a déjà fait ses preuves dans la daïra de Oulhaça et même dans certaines wilayas du pays. Selon lui, l’inspecteur général de l’administration a été informé, au même titre que le directeur par intérim de l’Education. Enfin, selon le président de l’APE, Mahrouz Baghdad, rencontré à sa sortie de la réunion qu’il a tenue, hier dimanche, avec le Premier responsable P/I de l’Education de la wilaya, ce dernier a soutenu qu’il s’agit d’un problème interne, qu’il a promis de régler dans les délais les plus brefs. Les 20 élèves et leurs parents ne demandent pas mieux…

Source : Voix-Oranie

One Comment

  1. hanouna dit :

    si vous voulez savoir plus sur mon lycée maghni sandid vous pouvez me poser des questions et je vous dis l’incroyable sur ce lycée…….tout ce qu’il concerne les prof les eleves et mm le directeur :twisted: :mad:

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman