Campagne de lutte contre le ver blanc

Cette opération concerne, dans une première phase, 250 agriculteurs qui bénéficieront d’insecticide pour éradiquer ce ver aux effets ravageurs et dévastateurs sur l’agriculture, pour s’étendre ensuite à toutes les parcelles touchées de la wilaya estimées à un peu plus de 500 hectares, a indiqué le même responsable. La campagne de lutte a pu être entamée grâce à une enveloppe de 15 millions de dinars allouée sur le budget de wilaya, a-t-on souligné. Cette action est d’autant plus importante, notamment, au niveau de la zone céréalière potentielle de M’leta, où l’infestation du ver blanc et très importante. Elle doit précéder l’ensemencement au niveau d’une zone qui a enregistré l’année écoulée «d’excellents résultats » en matière de production de céréales. Ces surfaces céréalières sont exposées régulièrement aux attaques de ver blanc qui cause des dégâts considérables aux céréales et à d’autres cultures.
«Cela peut compromettre toute la récolte car le ver blanc peut s’attaquer aux racines et aux parties souterraines des tiges», a-t-on ajouté. L’opération de lutte qui est soutenue depuis trois années au niveau de la wilaya d’Aïn Temouchent, doit être renforcée par les agriculteurs eux-mêmes. Ces derniers doivent multiplier les observations en cas d’utilisation de semences non traitées, afin de pouvoir intervenir à temps par des traitements chimiques au printemps au niveau des taches qui apparaissent en végétation, a-t-on précisé. Les larves du ver blanc provoquent un flétrissement total des plants attaqués et la végétation peut être anéantie sur des superficies importantes.
Des traitements insecticides localisés au pourtour des taches de sol nu sont à appliquer immédiatement, a-t-on signalé, avant d’ajouter que pour lutter efficacement contre ce redoutable ravageur, les traitements insecticides doivent être maintenus pendant au moins deux années afin de rompre le cycle biologique de cet insecte.
Cette action de lutte doit être également coordonnée entre les directions des services agricoles des wilayas voisines. Le phénomène du ver blanc affecte les wilayas limitrophes de Sidi Bel Abbès, Tlemcen et Oran, at-on annoncé. Pour prévenir ce fléau, les agriculteurs doivent opter pour des labours profonds qui permettent d’exposer ces lucioles à l’insolation par les rayons du soleil d’une part, et d’autre part, à les mettre à nu pour servir de proie aux oiseaux. Les experts recommandent de renouveler cette opération tous les deux à trois années en vue de lutter efficacement contre ce ver. Le ver blanc est une larve du hanneton ressemblant à une chenille et vit trois ans dans le sol en se nourrissant des racines avant de se métamorphoser en adulte. A cet âge, il devient difficile de l’attaquer puisque de sa forme de chenille, il devient un insecte volant, a-t-on expliqué à la DSA. Une superficie de 97.000 ha a été emblavée au titre de la campagne 2009-2010 au niveau de la wilaya d’Aïn Temouchent, soit 2.000 ha de plus par rapport à 2008-2009, a-t-on rappelé.
La wilaya qui compte une superficie de 151.020 ha pour les grandes cultures, soit 84 pour cent de la superficie agricole utile (SAU), s’attend également à une bonne production de fourrages et de légumes secs, entre autres, les pois chiches où elle est pionnière.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman