Colloque national sur le chômage

Pas moins de quinze wilayas du pays ont été représentées lors du colloque national sur le chômage qui s’est déroulé à Aïn Témouchent, du 11 au 13 du mois en cours et qui a été organisé par le bureau de coordination de la wilaya, de l’union nationale des associations et comités (Unac) que préside M. Khaladi Mustapha sous le haut patronage du ministère du travail. Le choix de Aïn Témouchent n’est pas fortuit dans la mesure où, malgré les richesses naturelles que recèle la wilaya, le taux du chômage reste relativement élevé avec 13,2%. Cette rencontre qui avait pour thème « sensibilisation autour de la jeunesse et horizons pour l’emploi » a été marquée par la présence de plusieurs personnalités dont la famille de Ali Amar, alias Ali la pointe et Ahzem Bendjedid, le frère de l’ex-chef d’État, Chadli, alors que Tahar Z’biri, invité d’honneur, n’a pu faire le déplacement en raison de son état de santé.
En effet, durant les trois journées, les conférenciers qui se sont succédé devant l’auditoire ont abordé des sujets intéressants comme « le rôle joué par la société civile dans le développement socioéconomique » et « La jeunesse entre la réalité du chômage et les opportunités de l’emploi », présentés successivement par les professeurs Kamel Bensbaâ et Berrima, et qui ont été ponctués par un débat fructueux. La seconde journée a été consacrée aux travaux en ateliers au nombre de quatre qui a permis l’élaboration d’un communiqué final contenant une douzaine de recommandations destinées aux instances concernées dont le ministère du travail. Parmi celles-ci, l’on note la création d’une banque pour le financement et le suivi des projets d’investissements par le biais de crédits, l’insertion des bénéficiaires de contrats pré-emploi d’une façon définitive au sein des entreprises accueillantes qui seront elles-mêmes avantagées sur le plan fiscal avec des abattements de certaines taxes, l’éradication du favoritisme et le népotisme dans le domaine du travail avec la collaboration des inspections et des associations pour le contrôle des concours, la création d’un appareil sous l’égide de l’agence nationale de l’emploi et de la main-d’ouvre avec la participation du mouvement associatif pour l’organisation du marché de l’emploi, prévoir une indemnité de chômage de l’ordre de 3 000 DA minimum avec le bénéfice de la sécurité sociale pour les jeunes chômeurs, exécution rapide des instructions émanant des instances centrales relatives à l’emploi, plafonner l’IAIG à 7 000 DA et l’AFS à 3 000 DA, etc. Enfin, rappelons que malgré le décès de son fils à 48 heures du déroulement de ce colloque d’envergure nationale, M. Khaladi Mustapha a réussi son défi.

source: Liberté-algérie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman