De nouvelles brigades de gendarmerie

Selon le commandant du groupement de la gendarmerie de la wilaya d’Aïn Témouchent, M. Aïdaoui, la couverture de son territoire de compétence atteindrait actuellement le taux de 62%. Comme la wilaya d’Aïn Témouchent est située à moins de 100km de la frontière marocaine, elle sert de rampe de lancement pour les réseaux de contrebande en tous genres, ce qui rend la tâche encore plus difficile avec l’amélioration de l’état des routes. Selon notre interlocuteur, il faut ajouter 80km de côte propice à l’évasion des harraga et dont la surveillance est partagée entre la Marine et la Gendarmerie Nationales. Toujours selon la même source, cette couverture à 62% n’empêche pas toutes les routes d’être surveillées, y compris les pistes où de bons résultats auraient été obtenus, dans la lutte contre la contrebande ou le trafic de drogue et autres pièces détachées de récupération.
«Les nouvelles brigades qui vont être ouvertes très prochainement, déclare M. Aïdaoui, seront implantées respectivement dans les communes d’Emir AEK, Ouled Boudjemaâ, Sidi Ben Adda, Sidi Safi et Ouled Kihel». Selon lui, ces dernières brigades permettront d’étendre le taux de couverture à 94%, en attendant l’année 2011, objectif des 100%. A cela il faudra ajouter les brigades motorisées, rayonnant à partir d’Aïn Témouchent et d’Aïn El-Arbaâ. En attendant d’atteindre l’objectif final, on estime que la situation est déjà bien maîtrisée en matière de surveillance des routes, si l’on se réfère à la diminution des trafics habituellement relevés sur les routes témouchentoises et qui semblent avoir laissé place aux agressions des conducteurs de véhicules isolés ou obligés de s’arrêter en route.

source: Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman