Délocalisation temporaire du marché

Venant à peine d’être reconduit à la tête de l’exécutif de la commune d’Aïn Témouchent, le professeur Boucif Touil «approuve la décision portant délocalisation temporaire du marché couvert du centre-ville en vue de sa complète restauration». Elle s’inscrit dans le cadre «d’une opération nationale, entreprise par le ministère du Commerce visant à réhabiliter tous les marchés couverts à l’échelle nationale», précise le maire d’Aïn Témouchent. Ne pouvant nous informer sur le montant global de cette opération avérée urgente, M. Boucif Touil s’est contenté de nous dire que l’opération a été inscrite «à l’indicatif de la DCP et qu’un bureau d’étude a été choisi pour élaborer, suivre et contrôler les aménagements proposés».
Par ailleurs, explique le maire, les travaux concerneront les lots relatifs aux VRD, aux sanitaires, à l’éclairage public, à la poissonnerie, à la peinture et à l’amélioration urbaine de l’extérieur». Cependant le P/APC reconnaît, quelque part, les réactions des marchands des fruits et légumes, viandes et poissons et «les assure qu’ils retourneront tous à leurs postes respectifs à la fin mars 2008». Les réactions et les préoccupations des anciens locataires du marché couvert, fermé pour cause d’aménagement, s’avèrent quelque peu fondées car le marché informel s’est installé à la rue Emir Abdelkader.
Cette activité illicite, selon le vocabulaire préféré de la DCP, cause de grands préjudices aux marchands des fruits et légumes qui se voient concurrencés d’une manière déloyale. Parlant du nouveau projet d’un marché couvert, le maire situe le problème dans l’inexistence d’une assiette foncière de pas moins de 5.000 m², dans le tissu urbain. Estimés à plus de 50 marchands ambulants exerçant le commerce informel, ces derniers «occuperont par la suite les clos de Sidi Saïd», souligne M. Boucif Touil. «C’est une promesse qu’on avait tenue et qu’on doit impérativement honorer et concrétiser», indique-t-il. Son second mandat commence par des problèmes de nature commerciale et les solutionner dans les échéances fixées est une sorte de carte de visite pour le maire.

Source: Le Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman