Des familles en détresse

Datant de l’époque coloniale et érigée sur un talus, en contrebas de la place Belaïd Hasnia de Aïn-Témouchent, l’habitation de madame veuve Bellahcen Aïcha a subi d’importants dégâts survenus lors des dernières intempéries enregistrées en ce mois de janvier 2009. Occupée par la nommée ci-dessus, son fils malade mental et un second marié avec deux enfants, la maison présente des fissures assez prononcées sur le plafond et les murs porteurs, dont une partie qui donne en direction de la pente a cédé sous l’effet des tassements différentiels. Photos à l’appui et PV des services habilités faisant foi, la veuve demande d’être recasée ses enfants et elle-même car, d’après les observations des connaisseurs, les tassements différentiels peuvent toucher toute une partie du talus sur lequel repose l’habitation menaçant ruine. Les occupants sont véritablement dans l’inquiétude et estiment que leur situation est assez précaire et doit être prise en charge par les collectivités locales, qui sont persuadées que le danger est omniprésent et que l’irréparable peut survenir à n’importe quel moment au cas où d’autres intempéries secoueraient la zone.
La prise en charge des cas urgents, et notamment ceux dits sinistrés, est un volet sensible pour lequel toutes les mesures d’urgence qui s’imposent doivent être prises. Visiblement, il est aisé de constater que tout un pan de la bâtisse risque de basculer au moindre tassement différentiel sous l’effet des eaux d’infiltration en cas de fortes précipitations, car cela peut toucher toute une partie du talus sur lequel repose l’habitation menaçant ruine.
Les occupants sont véritablement dans l’inquiétude et estiment que leur situation précaire doit être prise en charge par les collectivités locales qui, selon toute vraisemblance, sont persuadées que le danger est omniprésent et que l’irréparable peut survenir à n’importe quel moment au cas où d’autres intempéries secoueraient la zone. Le contrôle technique, l’autorité de l’urbanisme et de la construction peuvent contribuer dans le diagnostic géotechnique de la zone et se prononcer sur le traitement à apporter au talus.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman