Des logements qui bronzent au soleil depuis 2003

temouchentAlors qu’une centaine de logements y sont livrés depuis 2003, suivis le 8 mai 2006 par l’affichage des listes de bénéficiaires de ces habitations, de prêts et autres aides du FNPOS, aucune suite n’est venu concrétiser les décisions de la commission d’attribution, déplorent la majorité des bénéficiaires dans la wilaya d’Aïn Témouchent. Il semblerait même qu’un dif-férend opposerait la direction générale du FNPOS à la dite commission désignée à cet effet dans la wilaya d’Aïn Temouchent, la première accusant la seconde de «ne pas avoir respecté scrupuleusement les critères de cotation.» A l’opposé, le président de ladite commission, M. Bensaâda Boucif, a rétorqué sans ambages aux bénéficiaires légitimement inquiets et pour cause, que depuis la date d’affichage de ces fameuses listes, soit le 8 mai 2006, sa commission a été carrément mise sur la touche par la direction générale du FNPOS, que ce soit en matière de paiement ou de distribution des logements ou autres prestations attendues des bénéficiaires.
Bien mieux, cette direction s’adresse désormais directement aux bénéficiaires concernés, pour leur demander de compléter leurs dossiers par tel ou tel document. Du coup, ces bénéficiaires se retrouvent otages d’un conflit qu’ils ne sont pas en mesure d’arbitrer. Plaidant sa bonne foi, M. Bensaâda a déclaré qu’avant d’établir les listes décriées par la direction du FNPOS, sa commission a siégé 4 fois successivement, avec l’OPGI, l’agence foncière, la CNL et la commission d’attribution des logements sociaux relevant de la daïra, en respectant à la lettre tous les critères exigés par la dite direction. «Après quoi, conclut-il, les listes dégagées selon ces mêmes critères, ont été adressées pour approbation à la DG.» Toujours est-il que l’opinion publique trouve «inadmissible la conduite de l’opération menée par les responsables du FNPOS, qui versent dans des querelles de procédures aux relents bureaucratiques, masquant des desseins pour le moins inavouables. Une attitude condamnable qui perdure depuis plus de 18 mois, à croire que les fameux critères d’attribution seraient différemment interprétés par les deux parties. S’il en est ainsi, pourquoi ne pas avoir choisi d’autres qui ne prêteraient à aucune équivoque?», estiment nos interlocuteurs. «Pendant ce temps, poursuit l’un d’eux, une centaine de logements livrés depuis l’année 2003, bronzent au soleil et se dégradent sous les outrages du temps et de l’absence d’entretien.» Surfant sur la mansuétude des postulants, les dirigeants en charge du FNPOS laissent les travaux à l’arrêt, notamment à El-Amria et à la ville nouvelle «Akid Othmane», où attendent d’être achevés respectivement 40 et 152 logements du même type.
Finalement, ce sont au total 462 logements à être ainsi classés en instance, pour une simple procédure administrative. «On voit bien que ce ne sont pas eux qui sont mal logés!…», lancent excédés à l’adresse de leurs «bourreaux» les bénéficiaires concernés. «Nous en avons assez de fournir à chaque fois d’autres papiers administratifs et de surcroît, les traduire (chèrement) en arabe, afin que les services destinataires veuillent bien en prendre acte, en attendant d’en réclamer d’autres», concluent-ils. Que de charges inutiles, finalement! Tout le monde aura en tous cas remarqué le silence tonitruant du ministre du Travail, M. Louh, lors de sa dernière visite, quand la distribution des logements a été évoquée.

Source: Voix-Oranie

2 Comments

  1. hamoudi fatiha dit :

    j’ai eu mes clets mais mal’heueresement c ‘etai trot tard

    Répondre
  2. admin dit :

    Dommage fatiha :-(

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman