Des récoltes en hausse

«La concrétisation de la sécurité alimentaire en temps de crises». C’est le slogan retenu cette année, pour fêter la journée mondiale de l’alimentation, dont l’organisation a été confiée à la Direction de la pêche et des ressources halieutiques.Un anniversaire qui a permis à quelques secteurs d’activité, de mettre au premier plan, leur production dans le cadre du développement économique des questions liées à la sécurité alimentaire, à travers des conférences tenues au siège de la maison de la Culture. Parallèlement à ces rencontres, une exposition consacrée aux principales ressources de la wilaya, a été inaugurée par le wali , en présence de plusieurs directeurs d’exécutif. Des produits alimentaires comme les céréales, les fruits et légumes, le miel, illustrent avec le poisson et le raisin, deux filons dont les variétés et dérivés n’ont pas figuré à cette exposition, les spécificités de l’économie locale, le must de la production en fait, a échappé aux yeux du visiteur.
Des apiculteurs sont venus présenter leurs produits recherchés par de nombreuses familles mais dont le coût demeure excessif. Un kilogramme de miel produit du coté de Aoubellil, est proposé à 1.600 DA, tandis que celui récolté aux environs de Terga, est cédé à 2.000 DA, alors qu’il y a seulement deux à trois années, le précieux liquide s’écoulait à 1.000 DA le kg. Il faut croire qu’en ces temps de crise, les apiculteurs soutenus par l’Etat, se beurrent les épinards.
La satisfaction réside indiscutablement dans le fait que les objectifs de performance fixés par la tutelle, ont été dans la majorité des cas dépassés. Les résultats obtenus à l’issue des bilans, attestent de ce regain de vitalité dû essentiellement aux mesures incitatives décidées par l’Etat au profit des apiculteurs, mais aussi à une pluviométrie favorable. Les céréales par exemple totalisent une production de 1.298.300 quintaux toutes variétés confondues, alors que la prévision tablait sur une quantité de l’ordre de 1.100.000 q, soit un écart positif de 198.300 qx. Les quotas livrés aux CCLS ont, eux,ont atteint le seuil record de 427.651 qx, contre 48.464 qx en 2008. Un bond exceptionnel en relation certainement avec l’attractivité des prix à l’achat. Concernant les légumes secs, les rendements enregistrés paraissent également éloquents. Une production globale de 69.000 qx incluant les pois chiches (40.000 qx), les fèves (12.000), les pois secs (11.000 q) et les haricots secs (6.000 q), soit là aussi un écart positif de 3.000 qx, l’objectif tournant autour de 63.000 qx. S’agissant de la campagne vendange vinification, entre la vigne de cuve (239.000 qx) et la vigne de table (207.000 q), la production a grimpé à 446.000 qx. Les transformateurs ont mis le paquet cette saison en proposant des prix intéressants : 3.000 dinars le quintal pour la gamme Alicante, Grenache, Carrignon, 2.750 dinars le quintal pour le Cinsault et 1.800 dinars pour le Meringuera. Quant au raisin de table, le prix moyen affiché est de 80 DA/kg, ce qui reste relativement cher dans une région où le vignoble tient une place privilégiée. Aujourd’hui, il est rare de trouver sur les étals des marchés, des variétés nobles comme le Muscat, le Cognac, le Dattier ou à un degré moindre, le Valence.

Source : Voix-Oranie

One Comment

  1. HAMHAMI dit :

    Bonjour,

    Sécurité alimentaire, oui mais a-t-on pensé aux tonnes de viandes congélées qui déferlent sur le marché? Est-ce que les normes de sécurité sont respectées? exemple les coupures de courant qui sont certes un peu fréquentes, vous pensez qu’un marchant peu scrupuleux va se défaire de sa marchandise si elle devient impropre à la consommation?Quand on sait que la chaine de froid ne doit jamais être rompue, je doute fort de la qualité de cette viande…

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman