Des terrains abandonnés au lotissement des 317

batimentDans le lotissement comprenant 317 lots de terrain, destinés à la construction individuelle et qui ont été alloués à leurs bénéficiaires depuis une dizaine d’années à Aïn Témouchent, subsistent encore des lots abandonnés à leur sort, ce qui laisse penser que la majorité d’entre eux sont détenus par les spéculateurs de l’immobilier. C’est que de nom-breux riverains de ces lots abandonnés se plaignent de les voir servir de décharges sauvages, quand ils ne sont pas envahis par des herbes folles ou autres détritus, au sein desquels viennent s’abriter les rongeurs et autres serpents attirés par cette gent trotte-menu.
Même si les agents communaux procèdent à leur nettoyage, il n’empêche qu’au bout de quelques mois, ils redeviennent comme avant. La solution serait de convoquer leurs propriétaires et de leur donner un délai pour au moins procéder à leurs clôtures. Rappelons que les lois de l’urbanisme prévoient, que si le terrain reste sans construction, il est susceptible d’être retiré à son propriétaire au bout de 5 ans. Or, il se trouve que certains terrains sont restés en l’état depuis plus de 10 années. Maintenant, il s’agit de savoir qui a l’autorité de régler ce gros problème, qui n’est pas particulier à la seule ville d’Aïn Témouchent, mais bien au-delà de la wilaya si ce n’est à l’échelle nationale.
En attendant, la présence ces lots de terrain abandonnés, en arrive à retarder les travaux d’assainissement, de raccordement à l’AEP, à l’électricité, au gaz, la voirie, etc. Selon nos sources proches de l’Agence foncière de wilaya, nombreux sont les propriétaires de terrains qui les auraient revendus à des tiers par actes notariés et qu’il est difficile de retrouver, à moins de désigner une commission spéciale et légalement autorisée à procéder à leur recherche auprès des études notariales dûment agréées.
Il reste que bon nombre de détenteurs de lots de terrain n’ont pu les bâtir pour différentes raisons (décès, santé, retraite), mais la plus dissuasive a trait à la flambée des prix des matériaux de construction, que subit le pays depuis le début de cette décennie.
Autrement dit, ceux qui à l’époque, faisaient preuve de velléités légitimes de construire un toit décent pour leurs familles, ont vu fondre leurs espoirs comme neige au soleil en l’espace de quelques lustres et la dernière hausse des produits de base n’aura fait qu’aggraver leur situation. Par ailleurs, si on venait à consulter les petites annonces, auxquelles recourent les particuliers et les agences immobilières, on s’aperçoit que rares sont les demandes d’achat, contrairement à l’offre qui a littéralement explosé ces dernières années. Apparemment, leur vente n’est pas si facile, que l’on veut bien nous le faire croire…

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman