Feu vert pour des bâtiments à 10 étages

Lors de la pose de la première pierre de la réalisation de la nouvelle ville Akid Othmane d’Aïn Témouchent, le président de la République, monsieur Abdelaziz Bouteflika, n’était pas du tout content de voir son implantation choisie sur une assiette de pas moins de 60 ha de terres très fertiles. La seconde ville nouvelle d’Aïn Témouchent, qui comprend le campus universitaire, va avaler plus que la première et cela a nécessité d’aller au-delà des limites du PDAU avant la proposition de son éclatement.
L’on dirait que les responsables de l’agriculture n’arrivent pas à défendre leur secteur convenablement, quand il s’agit d’extraction de terres à haut rendement agricole. Et la question est de savoir quelle serait la taille de la ville d’Aïn Témouchent et doit-on forcément aller grignoter les terres fertiles qui l’entourent dans toutes les directions ? L’interrogation a été posée à l’autorité chargée de l’urbanisme et construction (DUCH) de la wilaya d’Aïn Témouchent, en présence du DLEP qui, avec la première, animaient un point de presse autour de la situation actuelle de leur secteur respectif et les perspectives de développement, ce lundi après-midi, au siège de la wilaya. Les élus de l’APW de la période 1997-2002 se sont opposés également à ce que des terres agricoles de haute valeur soient réservées à l’habitat et l’extension de la ville et ont opté pour la densification du PDAU avant la création d’instruments d’urbanisme pour le groupement de commune, un schéma d’aménagement finalisé pour celui d’Aïn Témouchent. Si l’on se réfère aux orientations de la planification nationale en matière d’habitat, le gouvernement est favorable pour des immeubles de plus de 10 étages, une manière de densifier le tissu urbain et de créer des espaces verts et équipements d’accompagnement. Selon l’autorité de l’urbanisme et construction, cette question est prise en compte dans la perspective du secteur, notamment au niveau de la nouvelle ville attenant au campus universitaire.
Ces dernières années, un bras de fer a opposé une association à des responsables ayant voulu implanter des logements ou équipements sur un espace vert. Un autre espace vert pourrait être transformé en une clinique et la presse écrite en a fait étalage sur ses colonnes ces derniers temps. Et pourtant, l’emplacement, de l’avis de tous les observateurs, ne convient pas et les nuisances de toutes espèces ne sont pas ignorées par ceux ayant donné leur avis. Il est à signaler que durant le quinquennal 2005-2009, la DUCH a inscrit en révision 9 PDAU englobant 21 communes dont 4 instruments achevés et 5 en cours d’étude. L’autorité concernée a inscrit en étude pendant la même période 124 plans d’occupation des sols dont 99 achevés et 89 approuvés.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman