Institut national de formation touristique

La wilaya d’Aïn Témouchent a bénéficié d’un projet de création d’un Institut national de formation touristique, dont l’étude sera lancée au cours de l’exercice 2010, apprend-on de la Direction du tourisme. La future infrastructure contribuera, selon la même source, à la dynamique qualitative impulsée au secteur par la tutelle, en ce sens qu’elle permettra la formation de personnels hautement qualifiés dans ce domaine. Cet Institut, a-t-on encore souligné, se déclinera «en un véritable réservoir de compétences» en matière de gestion, de techniques hôtelières, de restauration, en plus de la formation de guides touristiques ou de main-d’oeuvre pour répondre à la demande des promoteurs et investisseurs dans ce secteur.
Aïn Témouchent compte 16 établissements hôteliers classés qui puisent leurs ressources humaines de l’Institut national spécialisé de formation professionnelle (INSFP, techniques hôtelières), du Centre de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA) de Hammam Bouhadjar (cuisine collective) et de l’Institut hôtelier «Formatel» (cuisine, pâtisserie,restauration, réception).La capacité globale d’accueil, actuellement de 2.340 lits, sera augmentée de 2.000 lits supplémentaires à la faveur de 15 nouveaux hôtels prévus dans la wilaya avec pas moins de 500 nouveaux postes d’emploi.La création d’un institut de techniques hôtelières et touristiques avait été, rappelle-t-on, recommandée aux assises régionales du tourisme, tenues à Oran en 2007. Cet établissement contribuera au développement économique de la wilaya, la promotion du tourisme constituant un axe majeur de l’aspiration de la wilaya.
Dans ce contexte, six zones d’extension touristique (ZET) ont été identifiées et délimitées sur une superficie totale de plus de 1.000 hectares destinée à l’investissement dans ce secteur. Selon la Direction du tourisme, les zones en question sont localisées à Rachgoun (commune d’Oulhaça, 50 hectares), Sidi Djelloul (Sidi Ben Adda, 250 hectares), Terga (120ha), Sassel (Ouled Boujemaâ, 36 hectares), Sbiaât (M’saïd, 180 hectares) et Bouzedjar (400 hectares).

Source : Echo-Oran

1 réflexion sur « Institut national de formation touristique »

Répondre à aicha Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *