L’affaire de la maternité livrée à la justice

La gravité de cette affaire avait failli entraîner dans son sillage, août dernier, la mort de huit nourrissons par électrocution. Le DSP vient de révéler que la maternité de 84 lits risque de s’écrouler tôt ou tard et que l’affaire est entre les mains de la justice. C’est à son initiative que cette dernière a été saisie. Cette affaire qui, comme celles qui ont éclaboussé le secteur de la Santé, remonte à la même période de sa gestion par un responsable qui est sorti par la petite porte de la Fonction publique, sans subir d’autres représailles que cette sortie-là. La gravité de cette affaire avait failli entraîner dans son sillage, août dernier, la mort de huit nourrissons par électrocution. En effet, des infiltrations d’eau venant du sous-sol, et remontant par capillarité, avaient endommagé le circuit électrique mais également toute la bâtisse, cela, malgré de multiples opérations de drainage. Le mystère de l’apparition de ces eaux n’a pu être percé et il demeure d’autant plus énigmatique que la maternité a été édifiée sur le terrain d’assiette d’un pavillon de l’hôpital Ahmed Medeghri, un pavillon fragilisé par le séisme de décembre 1999 et rasé pour cela et non à cause d’une quelconque humidité dont son sous-sol aurait souffert.
En fait le circuit électrique était atteint depuis 2007 avec la mise hors circuit des caméras et de la climatisation. De même, le carrelage du couloir sous l’effet de l’humidité s’était bombé pour ensuite éclater, ce qui avait interdit l’accès au bloc opératoire. Et récemment, le carrelage du bloc opératoire, lui-même, a suivi. Or selon les normes hospitalières, le sol d’un bloc ne doit pas être recouvert par du carrelage mais par une matière antistatique. Ces anomalies ajoutées à d’autres ont révélé et la mauvaise conception du projet au plan de la fonctionnalité que de la réalisation. En outre, malgré leur confortement, les piliers de la structure ont été à ce point imbibés d’eau qu’ils ne résisteront pas indéfiniment au poids de la masse qu’ils soutiennent. Cela, c’est un jugement d’expert, en l’occurrence le CTC. Enfin, le désastre est si considérable que le ministère de la Santé a été saisi pour l’inscription d’une nouvelle maternité avant que ne s’écroule l’actuelle.

Source : El-Watan

One Comment

  1. amine dit :

    Bonjour a tous et Bonne année.
    Espérant que cette fois ci, ils (cad: dlep, dsp, ctc et le reste) n’oubliront pas de programmer des toillettes comme pour l’ancinne « neuve » maternité.

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman