L’angoisse des ménages à l’approche du Ramadhan

A quelques jours du mois de ramadhan, l’angois se et les spéculations, nées des récentes hausses du prix des produits alimentaires, continuent à susciter les appréhensions les plus folles chez les consommateurs. Ainsi, l’inquiétude est-elle perceptible particulièrement chez les pères de famille, dont certains commencent déjà à emmagasiner d’importantes quantités de produits alimentaires comme la semoule, l’huile, le sucre, le lait… de crainte de voir les étals totalement vidés. Même cas de figure pour les fruits et légumes, ça flambe de partout et la spéculation va bon train. Les ménagères et chefs de famille risquent de perdre la raison face à cette flambée, qui s’accentue à l’approche du mois sacré. C’est dire que, face à l’absence de mécanisme de contrôle, la spéculation a encore de beaux jours devant elle pour faire «chanter» consommateurs trop crédules aux dires des uns et des autres. Ces derniers, surpris par cette flambée injustifiée, se trouvent obligés de subir la loi des vendeurs.
Pour eux, il s’agit bien d’une mercuriale annonciatrice d’un mois de ramadhan dur à gérer pour les ménages tenus d’affronter, quelques semaines après, une rentrée scolaire et un aïd El-Fitr avec son lot de dépense en vertigineuse hausse. La situation n’est pas sans pousser les citoyens à revoir leurs dépenses en espérant voir le gouvernement prendre des mesures porteuses et efficaces. L’attente du consommateur est d’autant plus légitime que le pouvoir d’achat de l’Algérien est jugé très faible. En tout état de cause, l’on appréhende sérieusement ce début de mois de ramadhan, qui s’annonce honnêtement angoissant pour pas mal de pères de famille.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman