L’Avenue Emir AEK débarrassée des commerces informels

Les riverains de l’Avenue Emir Abdelkader à Aïn Témouchent ne tarissent pas d’éloges et de témoignages de satisfaction depuis que les services de police veillent au respect des arrêtés promulgués par le maire, interdisant la vente informelle sur cette artère de la ville. Ces citoyens expriment leur soulagement d’être débarras-sés des ordures, des nuisances sonores et des palabres dépassant l’indécence que leurs familles enduraient à longueur de semaines et dans lesquels les automobilistes ne donnaient pas leur langue au chat, tout en contribuant au désordre par leur stationnement anarchique. Selon le maire de la ville, M. Touil Boucif, cet arrêté était prêt avant les élections, suite aux plaintes des commerçants, parmi eux les légumiers du marché couvert, sans oublier les riverains. «Nous avons découvert que certains barons du commerce informel recrutaient des enfants mineurs pour les exploiter à leur profit.
Plusieurs brouettes utilisées à cette fin ont été saisies. Les riverains ont remarqué que la majorité des revendeurs informels venaient des communes limitrophes», a souligné notre interlocuteur. Abordant la situation de l’abattoir communal, le maire a révélé que l’étude de faisabilité confiée à un bureau spécialisé est en voie d’achèvement. Selon lui, cette bâtisse sera démolie pour laisser place à une nouvelle structure répondant aux normes requises par les règles de la salubrité. Par ailleurs et en prévision de la saison touristique, selon la même source, l’APC a engagé tous les propriétaires de biens immeubles à veiller à l’hygiène et à l’état de leurs propriétés.
Un autre arrêté vise le ravalement des façades. L’éclairage public dans les avenues principales sera renforcé par des lampadaires, afin d’y assurer la libre circulation en toute sécurité. Ceci étant, l’ouverture de plusieurs supermarchés et grandes surfaces n’est pas pour déplaire au maire, en raison de l’animation socioéconomique qu’ils apportent aux familles et aux vacanciers, sans oublier la création d’emplois.
Dans le même sillage, les revendeurs qui activaient dans l’informel au niveau du pont, sont maintenant intégrés dans les centres commerciaux et activent régulièrement. Par contre, le maire n’a pas du tout apprécié l’attitude des marchands de fruits et légumes qui ont déserté les étals mis à leur disposition dans les marchés créés dans les cités de Saint Roch et de Sidi Saïd. Enfin, le dernier satisfecit a trait à la libération des trottoirs que les gérants des cafés avaient squattés auparavant pour en faire des terrasses à bon compte.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman