L’Institut espagnol Cervantès rencontre les architectes

Les architectes de la wilaya d’Aïn Témouchent et ceux d’Espagne, représentés par l’Institut Cervantès, ont proposé hier le lancement d’une collaboration en matière de «réhabilitation et de sauvegarde du patrimoine et du vieux bâti». Cette opération s’effectuera, a précisé M. Javier Galvan, directeur de l’Institut Cervantès d’Oran, à l’instar de la collaboration en cours avec les architectes d’Oran, entamée en fin 2008, pour «la réhabilitation du centre ville d’Oran». Evoquant l’expérience de son pays, M. Galvan a rappelé que la réhabilitation du centre-ville de Madrid n’a réussi que «durant les années quatre-vingts et quatre-vingtdix ». Les architectes témouchentois, a-t-il indiqué, pourront «s’imprégner des ateliers techniques qui réuniront prochainement, les représentants des villes espagnoles et algériennes».
Ces rencontres porteront sur «des échanges d’actions de réhabilitation et l’élaboration de plans de sauvegarde», a-t-il précisé. Pour leur part, les architectes de la wilaya d’Aïn Témouchent ont, par l’intermédiaire de M. Moula Djamel, président du Conseil de l’ordre régional, mis l’accent sur «les importants dégâts causés à la ville par le séisme de décembre 1999», outre «l’extinction de l’ancien tissu urbain et du patrimoine». Les architectes ont, a-t-il poursuivi, initié la création d’une association des «constructeurs de la wilaya de Aïn Témouchent «qui impliquera les associations des quartiers. Cette association tentera «d’inculquer une tradition et une culture de l’architecture en matière de sauvegarde du patrimoine urbain».
La rencontre entre l’Institut Cervantès et les architectes témouchentois s’est tenue en présence du Directeur de la culture de la wilaya et du consul d’Espagne à Oran.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman