La circulation est devenue impossible

Il est impossible de traverser actuellement les deux routes d’accès à la ville d’Aïn Témouchent, à moins d’attendre plusieurs minutes durant que le flot ininterrompu des véhicules se tarisse quelque peu.  Pourtant, les rues les plus fréquentées sont jalonnées d’agents de la circulation. Il n’empêche que ces derniers éprouvent les pires difficultés à gérer un parc de voiture en continuelle progression. Un parc qui aurait triplé ces deux dernières années, si l’on en croit les statistiques.  Les crédits à la consommation aidant, chaque famille peut se targuer de posséder une voiture voire plus, ce qui ne va pas sans répercussions négatives sur l’espace congru réservé au stationnement. Le stationnement bilatéral est encouragé par l’absence de plaques de signalisation pour le réglementer.
Même quand elles existent, elles disparaissent au bout de quelques jours, pour revenir aux même embarras de la circulation. Il est donc urgent de repenser un autre plan de circulation, où une belle part sera laissée aux places de parking réglementé, les terrains d’assiettes étant dégagés depuis le séisme de 1999 et pourraient être réutilisés à cette fin, en attendant mieux. Les embouteillages n’arrangent personne et ne font qu’augmenter le taux de pollution en milieu urbain.
Par ailleurs, la circulation des camions de livraisons devrait être mieux réglementée voire interdite pendant les heures de travail et/ou de pointe. En attendant la réalisation de parkings à étages, qui ne sont pas encore imprimés dans la culture de nos responsables, qui ne font rien pour encourager les investisseurs dans cette voie, il est très urgent que les services de l’APC, de la direction des Transports et de la sécurité routière travaillent de concert pour engager une sérieuse réflexion visant à dégager le futur plan de circulation. Aurons-nous le plaisir de le voir enfanter avant la fin de l’année. Pourquoi pas ?…

Source: Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman