La PME, un nouveau facteur de développement

Lors d’un atelier régional Ouest portant sur le système d’information économique et statistique du secteur de la PME et de l’artisanat, il a été donné, à titre d’exemple, l’examen de la situation de ce secteur tel qu’il se présente à Témouchent. Ainsi, il ressort que sur les 3 553 PME recensées, 3 528 sont de statut privé, toutes employant 18 100 salariés, soit 19% de l’emploi total de la wilaya, ce qui est jugé appréciable dans une région à vocation essentiellement agricole. A titre indicatif, notons que le futur pôle industriel, avec une zone pétrochimique Sonatrach, une aluminerie, le dessalement, Medgaz, une centrale électrique et une nouvelle cimenterie, fournira entre 6000 et 7000 emplois. Quant à la PME, la structure de sa population, selon le nombre des salariés déclarés, met en évidence la prépondérance de la très petite entreprise (TPE) ou micro-entreprise. Plus précisément, les données disponibles révèlent que 92% des PME existantes emploient moins de 10 salariés.Par ailleurs, au plan de la répartition spatiale, les pôles urbains polarisent l’essentiel des PME puisque plus de 83% des PME recensées sont localisées dans sept communes sur les 28 que compte la wilaya (Aïn Témouchent, Béni Saf, Hammam Bou Hadjar, El Amria, El Maleh, Ain Larba et Chabat El Leham), ce qui traduit un déséquilibre dans le développement des régions.
De même, une lecture un peu plus nuancée des données indique que les PME se concentrent essentiellement sur les activités de services, à l’instar du commerce et de la distribution, témoignant d’un processus de tertiarisation des PME. A cet égard, la distribution des PME, par secteur d’activité, classe les services au premier rang (46%) de l’ensemble des entreprises, suivis des entreprises du BTPH (30,5%), puis, de loin, par l’industrie et l’agriculture et pêche avec chacune 13% des effectifs d’entreprises recensées.Cette tendance lourde est corroborée par les intentions d’investissements enregistrées aussi bien par l’ANDI que les dispositifs orientés vers la création des micro-entreprises (ANSEJ, CNAC). Quant à l’activité artisanale, elle aussi a connu une sensible évolution ces dernières années avec 1 129 artisans et 2 258 emplois.
A cet égard, le nombre des artisans inscrits au Registre de l’Artisanat et des Métiers (R.A.M) au 31 décembre 2008 fait ressortir un accroissement de 7,5% par rapport à l’année 2007. Ces activités se répartissent selon la structure suivante : la production de services représente un taux de 67% de la population des artisans, notamment dans les métiers de la coiffure (femmes et hommes) et la maintenance. La production de biens occupe 22% des artisans, alors que 11% sont dans l’artisanat traditionnel et l’artisanat d’art. Par ailleurs, un autre fait aura marqué le secteur de l’artisanat ces dernières années avec l’augmentation du nombre de métiers, celui-ci étant passé de 14 à 86 en 2008. Enfin, le directeur de la PME signale la résurgence de certains métiers qu’on croyait disparus à jamais, notamment le tissage, qui compte aujourd’hui 21 tisserands, et la tapisserie avec 4 tapissiers recensés en 2008.

Source : El-Watan

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman