La rotation des bus scolaires remise en cause

En matière de ramassage scolaire, il faut reconnaître que la balle est désormais dans le camp des APC, depuis que l’Etat, par l’intermédiaire des ministères respectifs de l’Intérieur et de la Solidarité, a réparti quantités de bus entre les communes relevant de la wilaya d’Aïn Témouchent. Néanmoins, les enfants auxquels ces bus étaient soi-disant destinés, cheminent toujours le long des routes et ce, par tous les temps. Pourtant, la dernière commune de cette wilaya a reçu deux (2) bus dans le cadre de la Solidarité et le wali a été on ne peut plus clair lors de la cérémonie de remise des clés, en précisant bien que ces bus sont avant tout destinés spécialement au ramassage scolaire. 
Il n’empêche que certaines communes les utilisent également pour le transport des équipes de sport, des délégations à caractère culturel voire à d’autres fins plus ou moins tolérées surtout en dehors de la période scolaire. Comme ils sont ainsi «rentabilisés» en été, il y a de fortes chances pour qu’ils tombent en panne… à la rentrée scolaire. Plusieurs parents d’élèves rencontrés ne cachent pas leur colère à force de voir leurs enfants aller et revenir crottés dans les fermes qu’ils habitent, après avoir parcouru plusieurs kilomètres sous le froid et la pluie, pour arriver enfin à l’école. Mouillés jusqu’aux os, ils risquent d’attraper la mort, tellement ils grelottent de froid dans des salles de classes glaciales et non encore chauffées, et dont seul le souffle du nombre pléthorique d’élèves arrive un tant soit peu à réchauffer. «Dans ces conditions, comment voulez-vous qu’un élève puisse suivre ses cours?…», nous interpellent-ils. Certains, faut de pouvoir soutenir les frais de transport de leurs enfants, ont préféré carrément les garder auprès d’eux, pour les initier aux travaux des champs.
Heureusement que les habitants de certaines fermes se sont regroupés pour mobiliser des tracteurs à remorques voire des camionnettes bâchées, pour faire gagner une partie du trajet à leurs enfants. Quant aux autres, ils ne peuvent compter que sur leurs petits jarrets. Le problème faut-il dire, a pris des dimensions régionales voire nationales. Tous les automobilistes peuvent témoigner qu’il leur est arrivé souvent de charger un groupe de jeunes élèves d’un point à un autre de leur trajet. Il arrive souvent que ces élèves issus des fermes éparses, arrivent en retard à l’école, mais les directeurs très compréhensifs ne les ont jamais renvoyés, tellement ils sont imprégnés de leur situation. Et dire que ces enfants peuvent se révéler les futurs cadres de la Nation. «Après tout, une commune dotée de deux bus, peut facilement arriver à assurer le ramassage d’une cinquantaine d’enfants scolarisés», s’étonne l’un de nos interlocuteurs. Contactés à ce sujet, deux représentants du panel des 28 P/APC, qu’offre la wilaya de Aïn Témouchent, en l’occurrence ceux du chef-lieu et de Aougbellil, nous ont affirmé tous les deux, à notre grande surprise, que le ramassage scolaire dans leurs communes respectives est couvert à 100%. Le premier grâce aux 4 bus mobilisés à cet effet et le second qui dispose de 2 bus et d’un Karsan, pour assurer la même couverture. Et pourtant, on voit toujours des écoliers cheminer le long des routes. Nos yeux nous mentiraient-ils alors?…

Source : Voix-Oranie

One Comment

  1. chabati dit :

    c’est toujours le meme probleme des moyens mis a disposition des responsables pour servir les citoyens quisont utiliser pour autre chose et c’est normal (tous ces responsables s’en fiche ) ses citoyens de 2eme zone ne sont interessant qu’a la veille d’élèction ;mais ou sont les autorités chargés de controler l’utilisation de ses moyens ,que font les associations .pour denoncer ces abus kayene RABI

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman