La sensibilisation pour lutter contre les TIAC

L’importance de la sensibilisation et la prévention contre les toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) a été mise en relief, lundi, à Aïn Témouchent, par les participants à une journée d’étude consacrée à ce thème.La sensibilisation et la prévention contre ces pathologies, ont-ils souligné, constituent «l’élément de base pour la lutte contre leurs effets, parfois dévastateurs, pouvant entraîner le décès» des sujets affectés. Les participants, dont des représentants de l’APC du chef-lieu de wilaya, des directions du Commerce et de la Santé et du mouvement associatif, ont invité, par ailleurs, «les citoyens, notamment, à être vigilants en matière de protection de la santé des consommateurs ». Une autre recommandation a porté sur l’organisation d’une journée de wilaya sur la protection du consommateur.
Organisée par l’APC de Aïn Témouchent, en coordination avec le mouvement associatif et les directions du Commerce et de la Santé publique, cette journée a donné lieu à la présentation de plusieurs communications. Le président de l’association locale de protection des consommateurs a mis l’accent sur la nécessité d’inculquer au citoyen la culture de la qualité des produits en général et alimentaires en particulier. Il a également insisté sur la nécessaire implication de toutes les parties concernées pour la sensibilisation des citoyens en matière de lutte contre les TIAC. Le représentant de la direction du Commerce a présenté, pour sa part, la nouvelle loi 03/09 relative à la protection du consommateur et la répression de la fraude qui insiste, entre autres, sur «le respect des mesures d’hygiène, de la chaîne de froid et de la traçabilité devant accompagner tout produit ». Les différentes obligations à la charge du producteur ou du commerçant ont été également soulignées dans cette loi qui remplace celle datant de 1989 (02/89), relative aux pratiques commerciales.
Il s’agit notamment, a-t-il signalé, des obligations de propreté, de l’homologation du produit et de sa garantie, afin d’informer le consommateur sur ce même produit. La nouvelle loi permet aux associations de protection des consommateurs de se constituer partie civile en cas de passage d’affaire de TIAC devant la justice. Des sanctions pouvant atteindre «la prison à perpétuité» en cas de décès de consommateur, sont également contenues dans cette loi, a-t-il souligné. Le Dr Bentouir, de la direction de la santé, a signalé, pour sa part, que la wilaya de Aïn Témouchent a enregistré 26 cas de TIAC depuis le début de l’année en cours, contre 171 cas en 2008. Pour ce dernier exercice, ces pathologies sont réparties entre les mois d’avril et d’août, avec une prépondérance durant la période estivale, a-t-il noté. Il a rappelé également que le prix de revient d’une analyse microbiologique est de 2.000 dinars. Ces TIAC, a-t-il signalé, se caractérisent par la brutalité de leur survenue et leur caractère suraigu. Le docteur Bentouir a rappelé, enfin, les 290 cas de brucellose enregistrés à Beni Saf à la suite de la consommation de
lait cru (bovin et caprin) non pasteurisé.
Traitant du rôle de l’Union générale des commerçants et artisans (UGCAA), le secrétaire national chargé de l’organique et responsable local de l’Union a mis l’accent sur le danger que constitue «le marché parallèle, et pour les commerçants et pour la santé des consommateurs». Au sein de ce marché parallèle, a-t-il signalé, activent plus de 500.000 personnes qui ne sont pas contrôlées.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman