L’ambassadeur du Mexique en prospection

Est-ce que la culture peut faire avancer les choses en Algérie et au Mexique, là où la diplomatie a hésité ? C’est sous cet angle que M. Eduardo Roldan, l’ambassadeur du Mexique, hôte de la wilaya de Aïn-Témouchent, veut développer davantage les relations entre les deux peuples frères qui ont un passé historique glorieux, notamment par les prises de position du Mexique en faveur de l’autodétermination des peuples qui étaient sous le joug du colonialisme comme l’Algérie. Les deux pays, dit-il, ont fêté le 45e anniversaire de leurs relations diplomatiques. La mise en relation de M. Eduardo Roldan avec les autorités de la wilaya de Aïn-Témouchent lui a permis de prospecter les secteurs d’activités encore vierges et pour lesquels le Mexique pourrait éventuellement apporter son sceau caractéristique et son cachet préférentiel pour les développer notamment dans les domaines de l’agriculture, la pêche et la PME/PMI.
Tout en reconnaissant que les choses apparaissent quelque peu timides sur le plan des investissements, l’ambassadeur du Mexique, s’adressant au wali M. Bouderbali Mohamed, avoue être disposé à donner un élan important à la coopération bilatérale, notamment en matière de formation, où il propose déjà les possibilités d’offrir des postes pédagogiques à des étudiants algériens de la région pour des formations de post-graduation dans tous les domaines. L’hôte de la wilaya a eu un exposé détaillé sur le centre universitaire de Aïn-Témouchent et les filières retenues pour l’année 2007-2010.
Parlant de légumineuses (pois chiche) de calibres 12 et 13, qui ont la préférence chez les Algériennes, l’ambassadeur du Mexique porte à la connaissance de l’assistance que 85% du pois chiche importé par l’Algérie provient du Mexique par des circuits de commercialisation via l’Espagne ou la France. Il serait plus profitable pour le consommateur algérien de le payer moins cher par le biais d’opérateurs algériens important directement cette denrée du Mexique. Il faut comprendre par là que l’ambassadeur est disposé à nouer des contacts avec les deux chambres professionnelles des deux pays, notamment après la création par le ministre de l’Agriculture, M. Rachid Benaïssa, de l’Office interprofessionnel chargé de la commercialisation des légumineuses.
Présentement, le Mexique est ouvert avec ses 43 zones de libre-échange, note-t-il. Le Mexique est un pays émergent. Il compte planter 1,5 milliard d’arbres, un chiffre communiqué lors de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement du 5 juin et fêtée à partir de la capitale du Mexique, un pays encouragé par les Nations unies pour sa politique verte.

Source : Quotidien-Oran

One Comment

  1. said dit :

    c’est toujours bon la diversité et le brassage des cultures, et que le témouchentois decouvre le MEXIQUE sachant que les vieux maitrisent l’Espagnole l’angle officiel du Mexique, le Mexique a une longue Histoire avec la civilisation ancienne comparable à celle des Pharaons en Egypte.

    C’est l’ére de la Globalisation le monde est evenu ptit, et ne pas perdrede vue que durant la fin des années 70′s et 80′s ,le témouchentois à connu des medecins Cubain de grande réputation qui sont venu de l’autre bout du monde

    C’est une initiative trés encourageante..

    Cordialement

    Said BOULEFDAOUI

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman