L’APC et l’ONA enterrent la hache de guerre

Les choses sont entrées dans l’ordre et ce qui était considéré comme une incompréhension dans la manière de gérer le service public, dans sa phase transitoire, s’est dissipé entre les collectivités locales d’Aïn Témouchent et l’ONA, Office national d’assainissement. Les deux parties «sont revenues à de meilleurs sentiments» et sont disposées à oeuvrer en étroite collaboration, nous signifie monsieur Touil Boucif, le maire du chef-lieu de wilaya, tout en signalant la mise en route d’une commission mixte qui fait de la prospection sur le terrain dans le but de céder progressivement le réseau public d’assainissement (RPA) à l’ONA locale.
Le maire, note-t-il, a apprécié la démarche de monsieur Bouhada, le responsable de l’ONA, unité d’Aïn Témouchent. Celui-ci avait montré sa bonne foi d’oeuvrer en concertation avec les collectivités locales, une prédisposition affichée dans sa dernière lettre adressée au maire et dans laquelle il s’est engagé à aller de l’avant pour résorber les points noirs du réseau, une opération entamée avec les services de la DHW et de l’APC.
Cependant, en matière d’enlèvement des ordures, le maire «a donné raison» aux habitants de la cité Berrouaine qui ont contacté notre bureau au sujet des nuisances (odeurs nauséabondes) que dégage la benne tasseuse des ordures ménagères au moment de son passage dans le quartier. Il s’avère que la benne tasseuse présente des trous lesquels, pendant l’enclenchement de l’essorage, laissent ruisseler un bouillon liquide immonde et puant. Reconnaissant ce fait sans se gêner, le maire avoue que les trois bennes sont surexploitées et font trois rotations/jour au lieu d’une ou deux. Faut-il comprendre que le maire, à travers cette réponse, s’adresse aux autorités de la wilaya et responsables concernés en vue de les informer indirectement du malaise qu’il éprouve pour pouvoir enlever les ordures le plus correctement possible. Par ailleurs, monsieur Boucif Touil, dans le sillage de notre discussion, nous a fait savoir que le quartier de Hay Zitoune, qui comprend environ 2.000 ménages, a été cédé en concession pour le service public de la collecte des ordures et de l’éclairage. Interrogé s’il dispose des fonds propres pour mener cette action qui va faire des heureux parmi la population, le maire compte régler ce problème par les propres moyens de la commune. Mais en attendant la mise à disposition des moyens appropriés, les habitants de la cité Berrouaine doivent être soulagés et épargnés des nuisances.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman