L’arbre, un marché public

jardinDonner de l’importance à l’arbre en tant qu’élément d’accompagnement du logement, de la route et autre, s’impose. La démarche en elle-même est la bienvenue, comme l’a évoqué Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, en disant que la route a besoin d’accompagnement qu’est l’arbre et qu’il faut l’intégrer coûte que coûte dans les marchés publics. Il a insisté sur cela, à titre de rappel, à l’endroit du DTP de la wilaya d’Aïn Témouchent lorsqu’il écoutait des explications relatives aux travaux de confortement et de consolidation en rapport avec le port de Bouzedjar.
Mais pour réussir cette opération d’intérêt communautaire sur les plans environnemental et ornemental, tous les partenaires agissant en amont comme en aval doivent avoir la même vision des choses et la même détermination à pouvoir réussir les actions à entreprendre et les mener à bon terme par un accompagnement durant et après la réalisation et un bon suivi, notamment en ce qui concerne le choix des espèces et leurs essences à adapter pour l’alignement et l’ornement. Planter est ce qui est demandé par tous, mais le faire utilement selon des choix appropriés est le mieux indiqué.
Il existe des espèces d’arbres à planter dans les cités et dont le feuillage est nuisible aux moustiques. Les botanistes et forestiers ont sûrement une expérience dans ce domaine et tous les comités de quartiers peuvent adhérer volontairement à cette campagne. Les habitants des bâtiments de la cité des 1000 logements à Aïn Témouchent vivent un calvaire, non des moindres, à longueur d’année. Cependant, il est déplorable de voir des espaces réservés à des aires de jeux ou de plantations de végétation à caractère ornemental squattés par des tierces personnes.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman