Le casse-tête de l’informel

L’impression générale qu’avaient l’opinion publique et certains niveaux d’observation à Aïn Témouchent, laissait croire que la responsabilité se dilue et n’incombe à aucune partie de l’environnement devant agir en conséquence, tellement les prérogatives et les attributions se mêlent et qu’au bout du chemin tous sont concernés et personne n’est responsable directement. Il s’agit évidement du phénomène assez complexe du commerce informel qui gangrène la pratique commerciale licite en faveur de parasites qui fuient impôts et contrôle de qualité. Face à ce qui est entendu de la part de certains responsables «ce n’est pas à nous de s’adresser, il faut voir ailleurs mais en général on a un droit de regard», il a été décrété d’opérer en commission mixte police de l’urbanisme et de l’environnement relevant de la sûreté de wilaya – service de contrôle de la qualité et répression des fraudes et représentant du BHIC de Aïn Témouchent.
Selon le communiqué de la sûreté de wilaya, une vaste opération entrant dans le cadre de la lutte contre la fraude et la spéculation sur des produits de large consommation a été enclenchée ces derniers jours et a touché le commerce informel au niveau des boulevards, rues et espaces publics de la wilaya dont principalement Bd 1er Novembre, Didouche Mourad, Emir Abdelkader et alentours du marché couvert. Elle s’est soldée par plusieurs saisies dont 322 sachets de lait, 288 bouteilles de jus, 60 kg de gâteaux traditionnels, 1.200 œufs, 332 baguettes de pain et 201 bouteilles de déodorants. Aussi le communiqué précise que 9 PV ont été dressé contre les contrevenants.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman