Le commerce informel inquiète les habitants

Les activités du commerce informel qui ne cessent de prendre de l’ampleur dans la wilaya d’Aïn Témouchent, atteignent un point de non retour au chef-lieu, au grand dam des riverains des marchés qui poussent spontanément un peu partout avec la bienveillance des pouvoirs publics. C’est ainsi que les habitants du quartier Emir Abdelkader se plaignent de la coexistence non pacifique, que leur impose centaine de marchands dépourvus de registre de commerce et qui viennent occuper leur espace vital de très bonne heure, la plupart d’entre eux pilotant des charrettes chargées de produits maraîchers.
Au bout de quelques heures, tout le quartier se retrouve interdit à la circulation et gare aux retardataires qui voudraient dégager leurs voitures de cette mêlée. Ils sont condamnés à la laisser cloîtrée pour toute la journée dans leur garage. Entre-temps, une chaîne de plus de 200m de long s’est installée, pour entonner la vente à la criée, les appels, les altercations accompagnées d’injures, et ce, sans aucun respect pour le voisinage, les personnes malades et les nourrissons réveillés en sursaut, sans aucune possibilité de se reposer durant toute la sainte journée. Quant à l’école primaire mitoyenne, il y a belle lurette que ses élèves ne se concentrent plus sur leurs cours, au grand dam de leurs enseignants. Pourtant, à quelque distance de là, se trouve un marché couvert, dont les commerçants activant dans la légalité font part de leurs inquiétudes face à la montée de la concurrence déloyale qu’ils subissent à leurs corps défendant et ce, avec la bienveillance des pouvoirs publics, pour qui apparemment, la paix sociale est à ce prix. Le pire, c’est en fin de journée, quand ces marchands regagnent leurs pénates, en laissant pour héritage aux riverains et aux agents communaux des montagnes de détritus, que l’APC est contrainte de faire enlever dans le cadre de ses missions.
Il est vrai que la police a fait évacuer plusieurs fois cet espace occupé illégalement, mais au bout de quelques jours, le même phénomène investit les lieux, à la grande désolation des habitants de ce quartier, qui n’arrêtent pas de relancer toutes les autorités de la wilaya d’Aïn Témouchent, pour retrouver un peu de repos et la sérénité qui par le passé, prévalait en ces lieux. A charge pour le maire, de faire délocaliser cette zone de commerce informel vers des lieux plus appropriés et moins contraignants pour les riverains.

Source : Voix-Oranie

3 Comments

  1. abdellah dit :

    Rue de la Bastille bis au vu et au su de tout le monde,l autorite locale est inexistante comme on dit dans notre jargon « essamet yeghleb leqbih ».Toutes les tentatives de les evacuer sont averees vaines alors la solution se trouve quelque part en ville ou tout le monde trouvera son compte,il suffit juste de faire un petit sondage local(sujet qui nous fait defaut).
    Les magasins de cette rue n ont pas a se plaindre a l exeption des habitants et cette « ecole mal-situee » qu il faudra penser a deplacer si la situation perdure.

    Répondre
  2. houari dit :

    mais ou est passer le service de controle au sain de la direction du comerce, c,est as eux de controler ce genre de comerce ilegal, mais maleheureusemant ils sont toujours deriere les comerçant agree ceux qui ont des R.G etc ceux qui sont ajour enver les impots et les casnonse.ils les trette comme enemi au lieu d,etre un partenaire economique, ils les present devant la justice pour des pour des motifs banale tel que l,afichage des prix etc… car je me demande c,est quoit le role de cette direction ver les comerçants es ce que juste les penaliser et les indimniser??????????? et c,est quoi le role de cette direction ? elle est totalemant absente sur le terain ont la conait seulement par deux agent de controle quant il rentre un magzin soyer szure qu,il ya un PV et une amende

    Répondre
  3. houari dit :

    a propos qui peut m,orienter ver le burau du ugca ain temouchent car je veux m,adeerer , merci

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman