Le reboisement, seul domaine de compétitivité

jardinComment faire admettre aux pays industrialisés et aux communautés la nécessité de modifier les habitudes de consommation et les comportements d’usage à même de parvenir à des économies et styles de vie à faible carbone ? Quelle est la part de contribution des pays en voie de développement pour se conformer à cette demande traduite par le thème: «CO2, non à la dépendance ? Pour une meilleure économie à faible émission de carbone», un thème choisi par l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement du 5 juin.
L’addiction est une chose terrible», disait M. Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies dans le message qu’il a adressé à la communauté internationale à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement. «Elle consume et corrode, use et contrôle, fait nier d’importantes vérités, et aveugle de plus en plus sur les conséquences de nos actes pendant que le monde souffre d’une accoutumance dangereuse au carbone», soulignent les grands observateurs à travers le monde.
En étroite collaboration avec la wilaya de Aïn-Témouchent, des ONG et la direction de l’environnement ont organisé des expositions en relation avec le thème, des visites guidées aux stations d’épuration des eaux usées et une journée d’information en rapport avec le sujet: «CO2, non à la dépendance !. Par quel moyen, des citoyens, des collectivités et des ONG peuvent-ils contribuer pour faire face à l’addiction ?
Fort heureusement, l’on est loin de la situation qui prévaut dans les pays industrialisés, confrontés directement aux émissions de carbone, mais cela doit nous inciter à mieux penser notre développement et à promouvoir notre développement à faible émission de carbone. Le département de l’environnement est invité plus que jamais à user de son droit de veto pour ne pas être large quand le problème a trait à ce sujet d’intérêt communautaire. Donner un visage humain et citoyen aux problèmes environnementaux est un travail de longue haleine qu’il faut commencer et pour lequel l’on doit préparer les générations montantes pour transformer l’économie mondiale en une économie verte et beaucoup plus propre.Donc, au niveau local, à Aïn-Témouchent, là où l’on peut oeuvrer, il faut axer sur les programmes de reboisement et la prise de mesures visant à inclure une plus grande rationalité en matière d’énergie dans les bâtiments.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman