Le secteur du BTPH en mal de main-d’oeuvre qualifiée

La commission de wilaya installée par le wali d’Aïn Témouchent, par arrêté N°454 du 9 mai 2009, s’est réunie ce dernier mercredi vers 10h00 du matin, au siège de la wilaya, sous la houlette du chef de cabinet du wali, en vue de préparer son programme d’action à mettre en œuvre pour la rentrée professionnelle de septembre 2009. L’objectif visé est de sensibiliser le maximum de jeunes qui pour diverses raisons, ne sont plus en mesure de poursuivre leur scolarité et qui pourraient s’épanouir dans le monde du travail, non sans avoir été formés au préalable et lestés d’un diplôme et d’un savoir-faire valorisants. Les jeunes en possession d’un métier dûment reconnu trouveront devant eux un large éventail de débouchés et se prendre eux-mêmes en charge avec l’aide des dispositifs (ANSEJ, CNAC) ou se faire embaucher par le biais de l’ANEM, dont le Premier responsables du secteur avoue lui-même avoir des difficultés à satisfaire les offres d’emplois émanant des nombreuses entreprises du BTPH, en mal de maçons, plâtriers et autres carreleurs.
Au lieu de ces filières, l’ANEM croule sous les demandes de postes accessoires, tels le gardiennage ou agent de sécurité, ce qui dénote d’un manque de métier et d’une absence de motivation qui vont à l’encontre du désir de ces jeunes à construire leur avenir.
Autant dire que les projets lancés à travers la wilaya de Aïn Témouchent risquent de rester longtemps tributaires de la main d’œuvre qualifiée provenant des autres wilayas du pays voire des états limitrophes et que certaines entreprises n’hésitent pas à embaucher au noir, pour atteindre leurs objectifs de réalisations et échapper aux pénalités de retard.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman