Les 5èmes journées nationales paramédicales

Depuis que l’on parle, on a l’impression que le système des réformes hospitalières balbutie toujours et n’arrive pas à mettre sur rail les fondements mêmes de cette réforme qu’on croyait basée sur des bases scientifiques mises en place «non pas uniquement par des spécialistes et professionnels du secteur de la santé mais impliquant les acteurs autres que ceux de la santé, y compris le simple citoyen en mesure d’apporter un plus», notait en substance un docteur, jugeant nécessaire d’intervenir pour apporter des éclaircissements lors de la tenue des 5èmes journées nationales paramédicales abritées, ce mercredi, par l’EH docteur Bendjerdjeb d’Aïn Témouchent.
Les débats devaient s’articuler, la première journée, autour des thèmes suivants: «Pourquoi une réforme du système de santé», «Réalités et perspectives du système de santé en Algérie», «La chirurgie ambulatoire», «Le processus de contractualisation et procédures de contrôle médical», «La carte chifa et les facilitations pour le malade et l’assureur» et «La fiche navette et contractualisation». Selon le professeur Mesri, la réforme du système de santé doit être continue, ne s’inscrivant pas dans le temps et dans l’espace, on a «suffisamment de moyens pour répondre aux attentes et aux questions posées à même d’aider les décideurs à avoir un état des lieux aussi précis que possible pour mener des réformes de la santé sur la base d’évaluations exactes». Et disait un participant: «Il ne faut pas élaborer des réformes simplement sur des impressions ou des idées».

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman