Les communes attendent leur mise à niveau

Le wali d’Aïn Témouchent, Monsieur Mohamed Bouderbali, a bouclé la série de tournées d’inspection et de travail qu’il a effectuée, durant un mois, à travers les communes des huit daïras. La première lecture d’analyse qu’on peut tirer revèle que des sommes colossales ont été allouées aux secteurs des Ressources en eau, des Travaux publics, du Logement et équipements publics, de l’Urbanisme et construction, et des forêts. L’importance des investissements publics est en général dans cet ordre de priorité. Par secteur d’activité, l’Hydraulique a consacré le gros lot à la lutte contre les effets désastreux des inondations enregistrées à travers la wilaya en automne dernier.
Celui des travaux publics s’est intéressé au désenclavement des zones éparses, aux rénovations et réhabilitations des chemins de wilaya et routes nationales. Le déficit est accentué dans les daïras rurales en l’occurrence celles de Aïn El-Arbaa, Oulhaça et Aïn El-Kihal. Par ailleurs, le secteur du Logement et Equipements publics s’efforce à assainir le parc de logements ruraux qui traîne depuis des années et dont le gros lot a été confié à l’AFIC. Celle-ci, selon son directeur, enregistre une dette de pas moins de 19 milliards, des créances dues aux surcoûts générés par les retards dans la livraison des projets d’une part, et par l’augmentation des prix des matériaux de construction, d’autre part. En outre, l’urbanisme et la construction s’est attelé à la résorption en VRD, principalement en milieu urbain, à l’amélioration urbaine par la création des places publiques, d’espaces verts, de revêtement et de travaux de carrelage destinés à l’embellissement des axes routiers importants et des aménagements des principaux boulevards des grandes villes de la wilaya, dont plus particulièrement le chef-lieu de wilaya. Cependant, le problème foncier demeure une particularité généralement connue à travers l’ensemble des communes visitées par le wali mais imprimée ça et là graduellement et pas ressentie avec la même acuité.
L’observation que d’aucuns n’écartent de vue est le fait que les jeunes des localités rurales sont devenus de plus en plus exigeants et posent de véritables problèmes qui concernent leur vécu quotidien dont l’emploi, la disparité constatée par certains ayant formulé des demandes de travail restées lettres mortes et le manque de tout ce qui a trait à l’amélioration du cadre de vie dans leur cité respective. L’année 2009 connaîtra certainement un essor que l’on veut appréciable, qualitatif et durable quant aux propositions de projets formulés par les élus et les autorités et retenus lors des commissions d’arbitrage de daïra. Le wali a endossé la responsabilité à ces derniers dans le choix des opérations engagées et devant être lancées en 2009.

Source : Quotidien-Oran

2 Comments

  1. admin dit :

    je ne comprend pas pourquoi la presse local n’a pas pu couvert la tourner du wali a travers la daira de Ain Temouchent comme ce fut le cas pour les 7 autres daira :?:
    le budget qui a été allouer a la daira de Ain Temouchent est de 143 milliards par rapport aux autres daira je trouve ce budget limite et pas logique !

    Béni-Saf : 879 milliards
    Oulhaça : 788 milliards
    El-Malah : 568 milliards
    Hammam Bouhadjar : 495 milliards
    Ain El-Arbaâ : 424 milliards
    Aïn Kihel : 153 milliards
    Ain Temouchent : 143 milliards :shock:

    des explications sont les bienvenu

    Répondre
  2. amine dit :

    Bonjour a tous ,

    Bien au contraire , je pense que cela est logique, puisque la Daira de temouchent n’a pas besoin de plus de sous par rapport aux autres daira. La preuve en est que les daira de Ain el kihel et Ain Labaa ont en plus besoin.
    Et puis , la daira de temouchent est le chef lieu de wialya, donc logiquement plus de dépense de par les autres budgets ( de la wilaya surtt).

    L’essentiel , c’est que ces milliards servent a quelques choses !!!

    A bientot .

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman