Les étudiants réduits à la marche à pied

Les étudiants de l’université qui vient d’ouvrir ses portes à Aïn Témouchent, sont déjà confrontés à un problème majeur, que les autorités concernées semblent avoir négligé. Il s’agit du transport qui aurait dû être assuré aux étudiants, et ce, dès le début des cours. A cause de cette négligence, plus de 500 étudiants des deux sexes, en sont réduits à parcourir plus d’un kilomètre à pied et grimper une pente ardue pour arriver à destination. Les plus pénalisés sont les étudiants habitant à quelque 40km et qui pour rejoindre l’université après avoir été déposés à la gare routière, sont obligés de parcourir la distance qui leur reste à pied, faute de pouvoir se payer les 40Da exigés par les clandos, et ce, aussi bien à l’aller qu’au retour. «Si cela doit durer ainsi jusqu’à la fin des temps, je ne vois pas ce que je suis venu faire ici dans cette galère. J’aurai mieux fait de continuer mon cursus à Sidi Bel-Abbès, parce que là-bas au moins, j’avais une chambre à la résidence universitaire et j’avais le transport assuré», nous dira Omar, étudiant en Droit.
«Cette situation pénalisante implique également nos filles, exposées non seulement aux rigueurs du temps, mais aussi aux harcèlements des voyous issus de la déperdition scolaire et qui n’ont rien d’autre à faire que cette basse occupation. Et gare à celui qui prendrait la défense de ces pauvres étudiantes, car généralement ces voyous agissent en meute», nous déclarait un père de famille, dans le taxi clandestin qui le ramenait avec nous et sa fille, étudiante en Lettres. Tous ces désagréments incitent ces étudiants à demander aux autorités de leur allouer un transport «spécial étudiant», comme cela se pratique dans toutes les villes universitaires et qui est autorisé aux seuls titulaires de cartes d’étudiants. Dans le même sillage, ils demandent également de leur assigner des points de départ et d’arrêt spécifiques, pour éviter les risques d’accidents.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman