Les femmes au foyer réclament des locaux

Le premier enseignement à tirer de l’exposition des travaux de la femme au foyer, organisée actuellement à Aïn Témouchent, sous l’égide de la wilaya, est que seules 30% des femmes vivant hors du chef-lieu de la wilaya, sont inscrites dans les CFPA de la région, contre 70% issues de la seule ville de Sidi Saïd. La direction de la Formation et de l’Enseignement Professionnels (DFEP) de la wilaya d’Aïn Témouchent organise actuellement et jusqu’au mardi 10 mars prochain, au sein du CFPA féminin d’Aïn Témouchent, une exposition des produits de la femme au foyer, avec la collaboration de l’Office national de lutte contre l’analphabétisme et de l’association «Iqra». Cette manifestation qui a été inaugurée jeudi dernier, par le SG de la wilaya d’Aïn Témouchent, a pour objectif principal, selon la DFEP Mme Meghit, de montrer à quel point les formations dispensées par ses centres constituent une grande opportunité socioéconomique et émancipatrice pour les femmes au foyer.
Une émancipation qui commence, précise-t-elle en substance, à partir de l’alphabétisation pour laquelle la DFEP a passé une convention avec l’association «Iqra», en vue d’accueillir les postulantes intéressées non seulement par la lecture et l’écriture, mais aussi par la formation dans un métier qui convient à leur statut de femme au foyer, activant de surcroît en milieu rural ou urbain. Selon les statistiques émanant de la DFEP, 376 femmes sont inscrites en apprentissage à travers les CFPA de la wilaya, dont 262 soit près de 70%, fréquentent le CFPA d’Aïn Témouchent.
Les spécialités les plus demandées sont la pâtisserie, la cuisine, la coiffure et la confection d’habits traditionnels, sachant que ces formations qualifiantes sont sanctionnées par des diplômes. Ceci étant, plusieurs exposantes continuent curieusement à activer chez elles, faute d’avoir obtenu des locaux à usage professionnel. Ne connaissant pas les méandres administratifs pour y parvenir, elles ont profité de l’occasion, pour exposer leurs préoccupations sur le sujet au SG de la wilaya, qui leur a proposé de les intégrer au dispositif des 100 locaux programmés pour chaque commune.
De son côté, la DFEP a également sollicité le recrutement des formateurs en tissage traditionnel. Cette exposition qui mérite le détour, montre à quel point les exposantes ont su allier l’art et l’esthétique des produits confectionnés, dans plusieurs disciplines, parmi elles, la pâtisserie traditionnelle, les bibelots en bois décoratifs, les habits traditionnels et la tapisserie.
Le bémol qui altère quelque peu cet engouement, a trait au peu d’enthousiasme que cette louable initiative soulève en dehors du chef-lieu de la wilaya. En effet, les femmes au foyer des 27 autres communes hésitent encore, peut-être par tradition conservatrice, à fréquenter les CFPA. Toujours est-il que pour la rentrée de ce mois de mars, la directrice du CFPA féminin d’Aïn Témouchent, Mme Boussekine en l’occurrence, a programmé une promotion de 120 femmes au foyer, réparties entre trois (3) spécialités.
Enfin, pour améliorer le taux somme toute modeste (30%) enregistré dans le reste des communes et en milieu rural, des campagnes de sensibilisation seront également lancées pour inciter les femmes rurales à s’inscrire dans les centres de formation les plus proches.

Source :  Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman