Les véhicules de l’Administration

Les véhicules de toutes les administrations de la wilaya d’Aïn Témouchent, principalement ceux alloués aux responsables pour les besoins de service, circulent dans l’anarchie totale, d’autant que certains d’entre eux sont utilisés à titre personnel, y compris durant les week-end. Pourtant, il est d’usage d’exiger que tout véhicule de service doit regagner obligatoirement l’un des garages voire les parkings dont les institutions disposent à foison dans toutes les communes de la wilaya d’Aïn Témouchent.
De plus, ces parcs disposent de gardiens salariés, qui apparemment sont payés à ne garder… que les murs, quand on voit les déserts que sont devenus les parcs de l’administration en dehors des heures de service. Il faut dire que si plusieurs véhicules sont destinés aux directeurs, certains chefs de services s’arrangent par mimétisme pour s’accaparer un autre véhicule de service et l’utiliser à des fins personnelles. Que dire des simples chauffeurs, qui habitent en extra muros et regagnent leurs pénates à bord des véhicules de service, alors qu’ils n’ont même pas de garage pour les garder en lieu sûr la nuit? L’Etat étant certainement trop riche pour eux, ces véhicules passeront donc la nuit dehors à la merci des prédateurs.
Pire, le sommet de l’anarchie a été atteint durant cet été, où l’on a vu des véhicules de l’administration figurer à un rang honorable au sein des cortèges de mariage et leurs chauffeurs n’étaient pas les derniers à user du klaxon. Durant les chaudes journées du week-end, ces véhicules se retrouvaient en famille au niveau des plages. Question à un dinar: en cas d’accident, qui paiera les dégâts tant corporels que matériels? Comment va les justifier le dit responsable aux yeux de sa hiérarchie, si elle n’est pas aussi «cool» que lui sur ce chapitre?… Rappelons qu’à l’époque où l’administration avait une toute autre notion de la rigueur dans le management, une circulaire ministérielle ordonnait que tout véhicule circulant après les horaires de service ou durant les week-ends, sera automatiquement placé en fourrière, et ce, indépendamment des sanctions administratives prises à l’encontre du conducteur épinglé au volant, sur un simple rapport de la gendarmerie ou de la sûreté urbaine. Qu’attend donc le wali pour mettre le holà à ces dépassements porteurs d’anarchie?…

Source : Voix-Oranie

One Comment

  1. Mohamed DEZA dit :

    Qui contrôle qui tant que c’est le « beylek » qui casque tout le monde s’en fout
    Pauvre ALGERIE :sad:

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman