Leur assiette de terrain invalidée à Sidi Ben Adda

L’année 2008 tirant déjà à sa fin, 12 postulants à l’habitat rural attendent depuis près de deux ans, la réalisation de leurs logements au Douar Chafaâ, dans la commune de Sidi Ben Adda, distante de 3 kilomètres d’Ain Témouchent, alors que leur assiette de terrain traversée par une conduite d’eaux usées, a été invalidée par le P/APC. Selon nos interlocuteurs, ils ont tous réglé et en totalité, l’apport personnel qui leur était exigé au préalable par le promoteur B.F., contracté officiellement par les autorités compétentes du secteur, pour construire les 12 logements ruraux sur une assiette de terrain sise au Douar Chafaâ, dans la dite commune.
Les premiers travaux de terrassement furent engagés dès le début de l’année 2007, quand soudain tout fut arrêté. Les postulants se sont remis à espérer, lorsque le chef de l’Exécutif de la wilaya d’Aïn Temouchent, M. Mohamed Bouderbali, est venu l’été dernier, effectuer une tournée d’inspection et de travail, accompagné de l’ex-chef de la daïra d’Ain Témouchent et du secrétaire général de la wilaya, ainsi que des responsables des services techniques. Ils ont même été rassurés quand le Premier responsable de la wilaya s’est tourné vers le promoteur, pour le sommer de lancer les travaux, «avant la fin de l’année 2008», avait-il souligné. A croire que ses paroles ont été emportées par le vent, car à ce jour, le terrain d’assiette est toujours vierge de la moindre première pierre.
Pour en connaître les raisons, nous nous sommes rapprochés du promoteur, qui a été on ne peut plus clair sur le sujet: «Je suis toujours prêt à me montrer digne de la confiance que m’a témoignée le wali, en me confiant le projet en question et de satisfaire les souscripteurs qui ont des raisons légitimes de clamer leur impatience. Malheureusement, le P/APC m’a ordonné d’arrêter les travaux que j’avais engagés et pour cause. Une canalisation d’évacuation des eaux usées traverse le terrain d’assiette et il n’était pas question pour lui, d’ériger ces logements sur son tracé», a-t-il conclu.
De son côté, le président de l’APC de Sidi Ben Adda, M. Maârouf Bouabdallah, confirme l’existence de cette canalisation, sans toutefois s’étaler sur le sujet, ce qui n’est pas pour rassurer les souscripteurs très inquiets au demeurant, tout comme le promoteur d’ailleurs. Ceci étant, à quoi servent les services techniques de la wilaya, s’ils n’ont pas été en mesure d’archiver le plan cadastral comprenant l’assiette litigieuse et la fameuse canalisation, pour en faire état au wali, et ce, avant qu’il ne valide le projet? Bien au contraire, ils se sont bien gardés d’aborder le sujet, pour mieux laisser les souscripteurs et le promoteur mijoter dans leur incertitude…

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman