Mise en service de deux CET avant la fin de l’année

Les deux centres d’enfouissement technique (CET) de la wilaya d’Aïn Témouchent seront mis en service avant la fin de l’année. C’est ce qu’a annoncé, dimanche, le directeur de l’environnement. Implantés respectivement à Sidi Ben Adda (6 kilomètres d’Aïn Témouchent) et Sidi Safi (8 kilomètres de Béni-Saf), ces centres, déjà achevés, ont bénéficié de la création d’une Entreprise publique à caractère industriel et commercial (EPIC) pour prendre en charge leur gestion, a-t-il le même responsable. Le directeur de cette EPIC, qui a été désigné, se charge actuellement de la mise en place des structures nécessaires au démarrage de l’entreprise, dont le recrutement des personnels, a-t-il ajouté tout en signalant que les «problèmes financiers apparus seront réglés grâce à l’aide que fournira la wilaya, en attendant la mise en place du budget de l’EPIC». Les deux CET traiteront les ordures ménagères de plus de dix communes avec l’objectif attendu de contribuer à éliminer toutes les décharges sauvages qui constituent un danger réel pour la santé des citoyens et l’environnement. C’est le cas des habitants de douar Chafî où 4.000 citoyens attendent l’entrée en service du centre d’enfouissement technique de Sidi Ben Addapour remplacer la décharge sauvage.
Ce CET prendra en charge les collectivités locales d’Aïn Témouchent, Sidi Ben Adda, El-Malah et Chaâbat L’ham. Celui de Sidi Safi en fera de même pour les communes de Béni-Saf, Emir Abdelkader et Sidi Safi, a-t-on précisé. Initiés en 2005, les travaux de réalisation des deux CET ont connu une interruption de presque une année pour manque de financement, pour redémarrer en 2007, à la faveur d’une rallonge octroyée par le ministère de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Environnement.
Les deux projets qui doivent servir à collecter, trier et traiter les déchets ménagers des dix communes, sont estimés à 290 millions de dinars (100 millions de dinars pour le CET de Sidi Safi et 190 millions de dinars pour celui de Sidi Ben Adda). La durée de vie des deux CET est fixée à une vingtaine d’années, selon la même source. Deux autres CET sont programmés pour les daïras d’El-Amria et de Hammam Bou-Hadjar. L’étude de faisabilité des deux projets est achevée et les travaux de réalisation seront lancés prochainement. Le centre d’El-Amria regroupera les communes de Hassi El-Ghella, El-Maleh et les villes côtières. Celui de Hammam Bou-Hadjar sera implanté dans la localité de Sidi Boumediène, une commune située entre les deux daïras de Hammam Bou-Hadjar et d’Aïn El-Arba. Ce CET devra remplacer la décharge publique, formée dans la sebkha depuis une dizaine d’années.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman