Pénurie et hausse des prix de la sardine

Le prix de la sardine connait, qui naguère ne dépassait jamais les 100 dinars-, ces derniers temps une hausse sans précédent, dans la wilaya de Aïn Temouchent. Pourtant la région s’inscrit en tête des wilayas du pays dans la production de ce genre de poisson. Cette inflation qui dure depuis deux mois, les prix de la sardine ont flambé et le kilo de poisson bleu varie les 200 et les 300 dinars le kilo au niveau du port d’Oran même. Et quand le produit est disponible sur les marchés de la ville, il est de très faible quantité et ce, malgré l’existence de deux ports de pêche dont l’un est considéré comme le plus important en termes de production de la sardine. Bandahmène.N, habitant de la région d’Aïn Témouchent rappellera que «le poissons est l’aliment essentiel pour les habitants de la région, et notamment la sardine. Qui est un poisson très prisé par les couches moyennes. D’autant plus que la wilaya produit de grandes quantités de cet aliment, et nous ne pouvons nous en passer. Mais depuis plus de cinq mois, nous avons été privé de sardine vue la hausse fulgurante qu’a connu cet aliment. Nous ne pouvons acheter un kilo de sardine à 250 DA alors que le poulet est à 200 dinars le kilo. Dans ce cas, je préfère acheter le poulet.»
Quand on se rend aux marchés des poissons de la wilaya d’Aïn Témouchent pour connaître les vraies causes de cette hausse des prix, et la pénurie qui frappe la sardine, les avis sont différents. Un marchand de poisson, M. Mohamed, dira «je vend la sardine dans ce marché depuis 14 ans. C’est mon seul gagne pain, pour nourrir ma famille. Mais depuis près de six mois, je ne pas travailler à cause de la pénurie de la sardine et son prix qui énormément augmenté. Une hausse que nous n’avons pas connue durant le mois de ramadhan. Le prix de gros du cageot de poisson que nous achetons à la pêcherie est de 4000 dinars, ce qui nous oblige à vendre le kilo à 400 dinars, dans la mesure ou le cageot contient entre 10 et 12 kilos. Ce qui ne nous rapporte pas grand-chose.
Un autre marchand de poisson dira que «la majorité des clients renonce carrément à demander le prix de la sardine qui sont excessivement élevés, mais nous aussi nous achetons ces poissons à des prix élevés.» Et pour avoir plus d’explication une visite à la pêcherie s’impose. Aux alentours de 09h du matin, les sardiniers qui sont près d’une vingtaine activant au port de Béni Saf, étaient tous accostés au port, après avoir déchargé les produits dés les premières heures du matin. Deux camionnettes chargeaient les cageots de sardines couvertes de glace pour leur acheminement vers les wilayas limitrophes. Interrogé le revendeur de sardines H. Khaled affirmera que «les quantités de poissons ont été écoulés dès leur déchargement. La demande est supérieure à l’offre, notamment dans les villes des hauts plateaux et du sud. Ce qui poussent les revendeurs à se précipité pour l’acheter, parfois même avant que les bateaux n’arrivent à la côte… » L’ouverture de nouveaux restaurants, spécialité sardines grillées, qui attirent une grande clientèle d’amateurs de poissons bleus, a participé en grande partie dans cette pénurie de sardine. Mais ce problème n’est pas le seul à participer dans cette crise.
Selon certains marins et propriétaires de chalutiers c’est du au problème d’obstruction des quais d’accostage des deux ports de Boudjezar et de Béni Saf, suite à l’ensablement. Un obstacle face auquel les bateaux subissent parfois des endommagements comme l’indiquera Z.B: «mon bateau a été endommagé et j’ai du dépenser près de 80 millions de centimes pour les travaux de restauration. Nous ne pouvons plus quitter le port L’ensablement s’est élevé à un mètre de profondeur alors que le bateau peut avoir jusqu’à 4 mètres de tirant d’eau. Si nous prenons le risque de traverser, nos bateaux peuvent à leurs tours être endommagés où renversés. Ceci nous a empêchés de sortir nos voiles pour aller à la pêche, pendant plus de 05 mois, la pêche est notre seul gagne pain.» L’ensablement reste la cause majeure pour cette pénurie de poisson, mais il y a également d’autres facteurs tels que l’utilisation de la dynamite qui pousse le poisson vers le large et à des profondeurs inaccessibles.
La direction de la pêche maritime a dressé un plan pour résoudre le problème de l’ensablement, en réalisant un quai de 120 mètres. La culture des poissons dans les eaux douce sera également renforcé, comme est le cas au bassin de Tafna de Rechgoune, dans la commune de Oulhassa, qui est classé premier sur le territoire national, en plus d’un autre projet qui sera réaliser à la plage de Sbiate dans la commune des Massaid, est qui produira près de 1000 tonnes par an de poisson.

Source : Voix-Oranie

One Comment

  1. said dit :

    salam

    C’est vrai nous souffrons de la cherté des poisson bleu, nous les Temouchentois sont habitués aux poisson bleu plus que n’importe quelle region en Algerie, elle fiasait une partie de notre Maida en dejenuner, on l’a prise chaque jours en particulier en été, et dans tous les types de préparation ( Grillade, boulettes,Dolma et bien d’autres plats…..
    Et face à cette situation qui perdure, quel est est le plan d’action d’urgence?
    Je vois à travers ces plan d’action qu’il faut absolument attendre 5 ans au moins pour voir le prix de la sardine revient à 200 DA ( Car en 2015 sera le prix juste raisonable).Le curage des ports n’est pas un projet, mais une simple opération routiére au moyens des Draguers pour éviter l’endommagements des Sardiniers et chaluttiers.
    Je dois dire qu’on doit d’abord balayer devant les portes avent d’Aller chercher une solution plus loin de réalisation un quai de 120 m, puis les cultures de poisson.
    Le probleme des dynamite peut etrte également éviter en renforçant le contôle des sardiers et autres chalutiers….
    Je souhaiterai manger les sardines dans tous ses états, si non , elle sera présenter dans nos fêtes de mariage comme un plat de Pruneaux ( Barkouk aux amandes)vu son prix actuel n’est ce pas

    A plus

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman