Plus de restriction d’eau à partir de 2009

La direction de l’Hydraulique de la wilaya d’Aïn Témouchent a annoncé «la fin de la gestion restrictive de l’eau potable» pour les premiers mois de l’année 2009. Le chef de service de l’AEP de cette direction, M. Cheikh Belghaba, a indiqué à cet effet que la population d’Aïn Témouchent pourra, dès cette date, «disposer de l’eau courante 24 heures sur 24″. La dotation qui est, actuellement, de 100 litres/jour en moyenne, répartie sur des plages horaires attribuées, périodiquement, selon les ressources disponibles d’une localité à l’autre, passera à 250 litres, ce qui représente «une augmentation de 150% «, a-t-il précisé. La consommation quotidienne de la wilaya en eau potable grimpera, alors, à 100 000 m³, en ne comptant que sur la production de la station de dessalement de Chat El Hillal (200 000 m³/jour) et dont la mise en service est attendue pour janvier prochain.
A ce propos, le responsable de l’AEP a signalé que les travaux de terrassement sur 11 kilomètres de la conduite d’adduction qui alimentera le cratère de «Dzioua» à partir de cette station, viennent d’être achevés et la pose de celle-ci débutera prochainement. En prévision de ces nouvelles ressources qui effaceront, définitivement, le spectre de la pénurie d’eau potable et les contraintes du rationnement de la population, la wilaya a prévu de réaliser un programme très consistant d’adduction et d’ouvrages hydrauliques qui va toucher toutes les localités, a expliqué M. Belghaba. Ce programme, pour lequel une enveloppe de 1,75 milliard de DA a été octroyée par l’Etat, permettra de poser 170 kilomètres de conduites pour desservir, sur trois couloirs, le précieux liquide stocké dans la retenue de «Dzioua».
De là, un quatrième couloir de 30 kilomètres devant alimenter Aïn Témouchent, Chabat El Leham et El Malah, sera pris en charge financièrement par l’ADE, a-t-on appris de même source. Les travaux démarreront après l’achèvement des études prévues dans deux mois, précise-t-on. Le déficit d’Aïn Témouchent en eau potable atteint 38 000 m³/jour, selon une dotation aléatoire qui dépend du transfert de Béni Bahdel (15 000 m³) et de sa production locale (17 000 m³), unités de dessalement de Chott El Ouard et Bouzedjar (3 300 m³), rappelle-t-on. Un forage débitant 600 m³/jour a été mis en service dimanche dernier, à Sidi Boumediene.
Le responsable de l’AEP à la direction de l’Hydraulique a précisé qu’une remise en service d’un forage situé à M’Saïd doit, aussi, améliorer la distribution dans la région de Bouzedjar, de même que sera renforcé, début septembre, le quota attribué à la commune d’Aïn Ahlem, après la mise en service du forage d’Aïn Bessel (commune Emir Abdelkader).

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman