Prochaine réhabilitation des gares ferroviaires

Les gares ferroviaires de la wilaya d’Aïn Témouchent seront prochainement réhabilitées, a-t-on appris mercredi lors de la visite de travail du ministre des Transports, M. Amar Tou.Venant d’Oran à bord d’un train de voyageurs, le ministre, accompagné des autorités locales et de ses proches collaborateurs, a visité les différentesgares de la wilaya et leurs emplacements. Certaines de ces structures, à l’instar de celles de Hassi El-Ghella et d’El-Maleh, ont été démolies en raison de leur état de vétusté avancé pouvant être à l’origine d’accidents. A El-Amria, premier point de cette tournée, M. Amar Tou a invité les responsables locaux à engager des actions d’aménagement de cette gare, qui remonte à 1924, en attendant les grandes opérations inscrites dans le cadre du programme de développement du secteur (2010-2014).
La gare d’El-Amria, qui s’étend sur une superficie de 2.700 mètres carrés, reçoit quotidiennement une moyenne de 70 voyageurs pour les quatre rotations du train assurant la ligne Oran/Aïn Témouchent et retour. Le ministre des Transports a mis l’accent, à cette occasion, sur l’état d’abandon des gares «essentielles» d’El-Amria, de Hassi El-Ghella et d’El-Maleh. A Hassi El-Ghella et El-Maleh, M. Amar Tou s’est enquis des emplacements des anciennes gares rasées, des raisons de leur démolition, durant les années 70 et 80. Ces gares seront reconstruites pour être mises à la disposition du public, a souligné le ministre, avant de mettre l’accent sur «l’intérêt accordé par les pouvoirs publics pour le développement du chemin de fer».A El-Maleh, le ministre des Transports a demandé la réouverture de la gare de chemin de fer, qui a été désaffectée par la SNTF.
La délégation ministérielle s’est rendue ensuite à Beni Saf, au terminus de la voie ferrée située en face de la cimenterie, où il s’est enquis des possibilités d’extension de cette ligne vers la ville portuaire. A l’unité de base opérationnelle préfabrication Infrarail de Beni Saf, M. Tou a visité les ateliers de fabrication de traverses en béton armé, qui produisent 350 unités par jour. En l’absence de quantités suffisantes de produits de base, tels le ciment, cette unité ne peut répondre, selon son directeur, aux besoins sans cesse croissants des chantiers de réalisation de chemin de fer.
Après avoir procédé à la pose de la première pierre du projet de réalisation d’une gare routière au chef-lieu de wilaya, M. Amar Tou doit présenter les grandes lignes du plan quinquennal de développement du secteur des transports, dont le transport ferroviaire (2010-2014). A noter que la voie ferrée, dans la wilaya d’Aïn Témouchent, s’étend sur un réseau de 98 kilomètres.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman