Retour de manivelle du feuilleton COOPVIT

On vient d’apprendre auprès des nouveaux responsables de la coopérative vitivinicole (COOPVIT) de la wilaya d’Aïn Témouchent, qu’au cours de l’inventaire entamé après leur installation, l’analyse du vin stocké aurait révélé que plus de 21.000 hectolitres (Hl) sont déclarés impropres à la consommation. Ce constat amer a été fait, selon nos sources, après que les nouveaux gestionnaires aient décidé de procéder à l’inventaire des stocks de vin existant. Les résultats d’analyses du vin stocké au niveau des 6 caves relevant de la COOPVIT, ont prouvé que la totalité du vin estimée à 21.000 hectolitres, soit 2,1 millions de litres, est déclarée impropre à la consommation. Pour rappel, ce vin provient de la transformation de la production issue de la campagne des vendanges de l’année 2006 et à laquelle ont contribué plus de 250 viticulteurs de la wilaya d’Aïn Témouchent. Et dire que ces producteurs de raisin de cuve attendaient jusqu’à ce jour le paiement de la production qu’ils ont livrée à cette coopérative, en échange d’un simple bon de livraison, spécifiant que le fruit de leur travail leur sera payé, après la vente du vin issu de sa transformation.
Un vin qui au vu des résultats d’analyse, aurait perdu toutes les qualités requises pour son écoulement sur le marché. En fait de vin, c’est finalement de la piquette qu’ont obtenu les transformateurs de la coopérative. Une piquette sur laquelle aura veillé jalousement le personnel de la COOPVIT, qui apparemment était plus préoccupé de son devenir que par la préservation de la qualité du vin stocké.
Placés devant ce constat, les nouveaux responsables de la COOPVIT ont fait appel à l’entreprise GCO d’Oran, un partenaire qui connaît bien la filière et acheteur potentiel pour la région Ouest. Un acheteur qui montrera vite sa réticence à prendre la totalité du vin stocké, si ce n’est à un prix très bas. Mais le nouveau président nourrit l’espoir, que si la GCO l’aidait à libérer ses caves de ce vin, en le payant à son juste pris, il pourrait tabler sur la réussite de la prochaine campagne et payer les fellahs qui attendent toujours leurs dus. Autant dire que les prochaines négociations seront âpres entre les deux parties, d’autant plus que l’objectif des nouveaux gestionnaires est de transférer la totalité du vin en question vers la seule cave de Ain El-Arbaa, pouvant accueillir plus de 50.000hl.
Par ailleurs, selon les mêmes sources proches de la direction de la COOPVIT, plusieurs caves contiennent encore de la lie de vin, stockée depuis l’année 2005 et appartenant à l’ONCV. Ce partenaire étatique a donc été saisi par la coopérative et invité à reprendre son bien, ce qui permettra aux nouveaux responsables de vidanger toutes les caves, afin de les préparer à la prochaine campagne des vendanges, en procédant au nettoiement et à la remise à niveau du matériel de transformation.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman