Saisie de 3 tonnes de kif traité en six mois

Décidément, la wilaya de Aïn Tlémouchent est devenue en l’espace de quelques mois la plaque tournante du transit des stupéfiants en provenance des frontières ouest du pays. Les trafiquants de résine de cannabis faisant partie des réseaux bien organisés et spécialisés dans le trafic et la vente illicite de cette substance utilisent tous les moyens afin d’échapper à la vigilance des services de sécurité. Ces derniers mois, les auteurs de ce trafic évitent au maximum de faire transiter leur marchandise prohibée par les routes car l’étau continu, à se resserrer sur ces «vendeurs de poison». Des barrages fixes ou mobiles sont installés sur les routes nationales et les patrouilles quotidiennes au niveau des routes secondaires et des pistes dissuadent, les narcotrafiquants qui se rabattent sur les transactions conclues au large des côtes algéro- marocaines.
En effet, selon la Cellule de Communication et de l’Information du Groupement de la Gendarmerie nationale de Aïn Témouchent, les trafiquants algériens et marocains ont trouvé un nouveau moyen pour introduire leur produit prohibé sur le sol algérien pour ensuite l’écouler dans les autres pays magrébins et européens.
Aujourd’hui avec les nouveaux moyens de communications comme la messagerie électronique (E-mail) et le téléphone portable, les trafiquants de drogue ne trouvent pas de difficultés pour conclure de grosses affaires en matière de commercialisation de stupéfiants, d’autant plus que le deuxième producteur au monde de résine de cannabis, le Maroc se trouve à deux pas de la wilaya suscitée. Il est à noter également que l’Espagne est située à 250 kilomètres de la 46e wilaya du pays. Ainsi, après les routes, les 80 kilomètres de côtes de la wilaya de Aïn Témouchent sont devenus le passage de prédilection des narcotrafiquants. Commençant avec le kif traité dont plusieurs tentatives d’introduction réussissent, les revendeurs de drogues essayeront un jour ou l’autre de faire parvenir dans les wilayas du Nord du pays les drogues dures tels que la cocaïne, l’Héroïne ou le crack, très prisés par les toxicomanes dans le vieux continent. Preuve à l’appui, les services de la Gendarmerie nationale de Aïn Témouchent ont récupéré, depuis le début du mois courant, 30 kilogrammes de kif dissimulés entre les rochers de la plage Sassel et une autre quantité de 24,5 kilos de la même substance dissimulés de la même façon au niveau de la plage El Mordjane. En date du 14 juillet dernier, à 23 heures, agissant sur renseignements, les éléments de la compagnie de Gendarmerie nationale d’El Amiria, ont interpellé, à hauteur de la forêt d’El M’said, deux jeunes, âgés entre 25 et 30 ans, en possession de 22,5 kilogrammes de résine de cannabis et un fusil à pompe avec autorisation de port d’arme. Pour rappel, les six premiers mois de cette année, les services de la Gendarmerie nationale de Aïn Témouchent ont saisi près de trois tonnes (30 quintaux) de kif traité en provenance du Maroc. Ayant conscience que l’union fait la force, selon notre interlocuteur, la collaboration et l’échange d’informations entre les services de la Gendarmerie nationale et de la police se font régulièrement en matière de lutte contre la criminalité multiforme, sans oublier l’implication des citoyens qui ont exprimé leur ras-le-bol quant aux méfaits de la drogue.

source: El Moudjahid

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman