Sortie du bras de fer à l’avantage des transporteurs

Finalement, le bras de fer engagé par l’UNAT avec les usagers à travers l’administration de la wilaya de Aïn Témouchent s’est terminé à l’avantage du syndicat des Transporteurs qui ont obtenu l’autorisation d’augmenter leurs tarifs. La réunion qui a regroupé en début de semaine, au siège de la wilaya d’Aïn Témouchent, le S/G et le directeur des Transports de la wilaya, d’une part, et les représentants du syndicat des transporteurs, d’autre part, s’est terminée sur un consensus portant sur l’arrêt du mouvement de grève envisagé, en échange de l’autorisation officielle d’augmenter les tarifs de transport. L’accord arraché prévoyait d’abord de stopper le mouvement de grève qui devait prendre effet dès hier lundi, pour l’ensemble des transporteurs, estimés à 500 opérateurs exerçant au niveau des 28 communes de la wilaya.
En échange, l’augmentation des tarifs décidée unilatéralement et appliquée par le syndicat (UNAT) depuis plus d’un mois, a été entérinée par cet accord. Il faut quand même préciser que l’accord décidé en commun à l’issue de cette réunion, prévoit que la dite augmentation se fera en deux tranches. Par exemple, pour les transports urbains, la première qui prendra effet ces jours-ci sera de l’ordre de trois (3) dinars et le complément à 5Da, soit deux (2) dinars, sera exigé dans quelques mois, sans toutefois préciser la date d’échéance.
Quant aux tarifs interurbains et interwilayas, ils seront revus, nous dit-on, dans les mêmes proportions et aux mêmes échéances.
On peut donc dire que l’UNAT est sortie grandie de cette négociation, qui présente tout de même l’intérêt d’éloigner le spectre de la grève, dont toute une population de travailleurs, de fonctionnaires et d’étudiants aurait eu à pâtir, sans compter les transporteurs eux-mêmes, dont bon nombre d’entre eux ont encore des échéances à honorer en matière de crédits.
Il y a lieu de reconnaître aussi à la décharge de ces transporteurs que les routes des lignes qu’ils desservent sont loin d’être des modèles de praticabilité et entrent pour une bonne part dans les causes de leurs pannes. Les frais de dépannages et de pièces de rechange sont de plus en plus onéreux pour les transporteurs, dont les véhicules ont pour la plupart dépassé leur période d’amortissement.

Source : Voix-Oranie

4 Comments

  1. said dit :

    salam

    Il me semble que personne ne sera surpris quant au resultat de ce bras de fer en les syndicat des transporteurs et la Direction.
    les transporteurs defendent leur croute,en revanche qu’est ce qu’elle defend cette direction?elle payera cette cette difference?

    il est tout à fait clair est évident que la seule victime et le citoyen qui est l’absent de ce bras de fer mais, l’omni present dans les bus et les Karsan.
    je pense que les augmentations des prix ne pourront jamais etre justifiées par l’état des routes, ou par les charges de réparations des moyens,
    Tous ces transporteurs on repondu au cahier de charge, et les frais d’entretiens des Bus et Karsan sont inclus dans le prix des tickets.

    Cordialement

    Said

    Répondre
  2. amine dit :

    En bonne regles.
    Puisque cette makheureuse direction a perdu sur les prix, elle pourrait ( si pas de traitres dans son camps) jouer sur le controle technique des véhicules. Il ne faut pas etre un mécanicien de chez peugeot pour voir l’état de ces cercueils roulants.

    On verra par la suite , s’ils défendent les citoyens ou bien leur bakchiche de fins de mois.

    Répondre
  3. bahi dit :

    une seule wilaya qui fait l’agmentation des transports alors que nos avons des enfants a scolarisé plus loin le wali n’a pas pu prendre décison nik mouh ould kahba ce wali de ian temouchent

    Répondre
  4. hamlat dit :

    il est le wali normalement il veile aux besoins des habitants et il doit penser aux boursses moyens . excusez moi le wali ne prends pas le bus et en plus il est payé

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman