Un judicieux aménagement à la cité Baraka

Le programme de l’amélioration urbaine a agrémenté l’entrée-Est de Témouchent, celle en provenance de Chabat El Laham, à hauteur de la cité Baraka. S’il est une des nombreuses réalisations du programme de l’amélioration urbaine au niveau du chef-lieu de wilaya qui mérite qu’on s’y attarde, c’est assurément celle qui a agrémenté l’entrée-Est de Témouchent, celle en provenance de Chabat El Laham, à hauteur de la cité Baraka et de l’Institut supérieur de la formation professionnelle. Un judicieux aménagement a été réalisé en ce lieu tout en longueur sur plus d’un kilomètre, un terrain vague pris en étau entre deux cités occupant les hauteurs qui le dominent et enchâssé entre deux voies parallèles qui bordent le contrebas des deux quartiers. Ce qui est remarquable, ce n’est pas tant les élégants candélabres qui l’agrémentent, ni les jolies arcades, les bancs publics et autres abris en bois plantés plus pour le plaisir de l’œil que pour leur utilité, mais les quelques balançoires et autres équipements de jeu qui y ont été injectés tout récemment et qui assurent enfin un usage à l’ensemble. En effet, l’aménagement était désespérément désert et, pour tout dire, d’une stérile inutilité. Depuis, on y vient même de bien loin, en voiture ou à pied, pour la détente, les pères de famille gagnant véritablement ce galon au détriment de celui moins sympathique de chefs de famille. Ils accompagnent leurs petits qui y piaillent de plaisir. Mais il n’y a pas que ces derniers ! Il y a également des adolescents, et même des plus âgés que ces derniers, qui viennent y étancher une soif ancienne du plaisir de valdinguer sur une balançoire.Ce qui est tout aussi étonnant, par une sorte de modus vivendi, c’est que les vagues d’occupants des lieux changent au fil de la journée puisqu’en certaines plages horaires, ce sont les tout-petits, en d’autres les uns peu plus âgés mais sans accompagnateurs, puis enfin les presque adultes. D’aucuns des passants trouvent plaisir à regarder leurs semblables vivre dans une insouciance et une harmonieuse coexistence, ce qui laisse à penser qu’il suffit de peu parfois pour amener l’Algérien à se conduire avec civisme, sans être policé. Mais, ce qui est surtout notable, c’est qu’aucun des équipements n’a subi de dégradations, le vandalisme qui s’était exprimé auparavant ailleurs a épargné l’endroit.
Le phénomène s’expliquerait-il par le fait que l’aménagement réalisé n’est venu rien soustraire à l’espace vital des habitants d’une part et d’autre part parce que tout destructeur ne peut passer inaperçu, l’endroit étant bien à découvert dans ses alentours, des environs où circule un incessant flot de véhicules. D’évidence, l’ouvrage est à méditer par les urbanistes pour tous les enseignements en matière de comportement social. Il reste cependant à la DUCH à compléter ce B.A. en injectant quelques autres balançoires pour compléter le bonheur des uns et des autres qui restent à attendre impatiemment que la balançoire et autres équipements ludiques soient libérés pour pacifiquement s’éclater.

Source : El-Watan

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman