Un sursaut d’orgueil s’impose

Pour sa première saison en R2, l’USMT semble avoir éprouvé, aux termes de la première manche d’un championnat dominé par le Chabab de Sfisef, les pires difficultés à suivre le rythme soutenu, imprimé particulièrement par le groupe de tête. En effet, après un début difficile marqué notamment par une série de contre-performances, la bande à Mahrouz n’a, à aucun moment, abdiqué, faisant ainsi preuve d’une résistance farouche aux aléas ayant contraint la mécanique témouchentoise à ne pas carburer comme prévu. A ce propos, il y a lieu de souligner que le départ des cadres de l’équipe, lesquels ont préféré monnayer leur talent sous d’autres cieux, à l’image de Haddou (ASMO), Fekir, Yousfi, Kebdani (JPBS) et autre Aounallah (ZSAT), a déstabilisé en quelque sorte le groupe, tant la relève (Rouissi, Djelloul, Messar, Djeriou, Benyoub, etc.), quoique animée de bonne volonté, a été sans doute trahie par l’inexpérience.
Pour s’extirper, donc, de la zone des turbulences, le onze cher au martyr Embarek Boucif se retrouve obligé, durant le mercato, à s’attacher les services de ses ex-éléments, tels Gharbi, Groune, Belghomari ainsi que du gardien Kaâbi, dont on dit le plus grand bien. Cette démarche s’avérerait meilleure, n’était ce cette défaite surprise concédée, à domicile, lors de la 15ème journée, à la Jeunesse de Sidi Brahim.
En somme, avec 14 points au compteur, le maintien est pour l’instant loin d’être assuré, sachant que la phase retour sera encore plus ardue. Mais, connaissant la force morale, qui constitue l’un des points forts de l’USMT, Rachedi et Cie ont toute latitude de propulser leur équipe vers un lendemain meilleur.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman