Les stades et tout le reste

La commission «Jeunesse et sport» de l’APW d’Aïn Témouchent ouvre le dossier de la pratique du sport d’une manière générale et des structures actuelles destinées à cette pratique ainsi que les problèmes recensés par les responsables chargés de sa promotion et son développement aussi bien en milieu scolaire et de travail que dans les clubs sportifs. Une rencontre de haut niveau a regroupé la semaine écoulée les élus et les conseillers et spécialistes de la pratique du sport relevant de la DJS de la wilaya d’Aïn Témouchent. De prime abord, il est à constater que la situation de la pratique sportive d’une manière générale accuse un déficit flagrant en matière de communication entre les différentes parties qui constituent l’environnement immédiat du secteur du sport.
Les causes sont multiples et variées mais l’insuffisance d’encadrement spécialisé et de structures sportives adéquates et normalisées semblent être pour beaucoup. La situation est déplorable et nécessite une étude spécialisée de la pratique du sport, laquelle étude déterminera exactement les besoins en structures et en encadrement pour chaque discipline. Aussi la loi sur les associations a besoin d’être amendée car, de nos jours, aucune restriction technique n’est faite au départ pour la création d’une association sportive, note-t-on lors de discussions.
Ceux qui oeuvrent dans les CSA ne sont intéressés que par les équipes évoluant en sénior et junior, les catégories inférieures sont reléguées en troisième position et parfois ignorées totalement, explique l’un des conseillers. C’est ce type de considération qui va à l’encontre des textes en vigueur qu’il faut bannir. La priorité est donnée au sport scolaire, une matrice qui a toujours donné aux grands clubs des talents ayant fait leur gloire. Les exemples ne manquent pas dans ce domaine. En effet, comme l’ont bien mentionné les intervenants, il est bon d’élever la réflexion à son plus haut niveau en matière de mise à la disposition de la pratique du sport, l’ensemble des structures sportives de la commune sans tenir compte de à qui appartiennent ces structures ni où elles se trouvent.
Pour celà, estime un intervenant, il faut revaloriser et redynamiser les conseils de sports des communes, lesquels auront toute la latitude d’agir quand il s’agit de programmation des structures sportives au profit des formations sportives locales. Un arrêté du wali peut mettre à la disposition dudit conseil l’ensemble des structures sportives pour les gérer et les exploiter.

source:Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman