Cinq milliards de dinars contre les inondations

La pluviosité enregistrée dans la wilaya de Aïn-Témouchent entre septembre 2008 et mai 2009 est de 615,4 mm. C’est un pic exceptionnel jamais atteint depuis plus de trois décennies environ. Il rappelle les années pluvieuses des débuts de l’indépendance nationale. Les taux les plus élevés ont été mesurés en octobre (94,9 mm), novembre (88,3 mm), décembre (161,6 mm) et janvier (140 mm). Ces fortes précipitations ont contribué à la remontée des nappes d’une manière sensible, ce que les services habilités ont pu relever à l’aide de piézomètres de surveillance. Mais cette situation hydrique tout à fait particulière a favorisé le ruissellement des eaux superficielles à tel point que des rus, des chaabet et des oueds ont quitté leurs lits, causant ainsi des dégâts importants aux biens des citoyens, aux terres agricoles, routes, agglomérations, douars et fermes de plusieurs communes de la wilaya de Aïn-Témouchent.
La commission de wilaya chargée de l’évaluation des dégâts causés par les intempéries a recensé les points névralgiques du réseau hydrographique nécessitant des interventions d’extrême urgence pour pallier les insuffisances, d’une part, et protéger les biens et localités diverses contre les effets désastreux des intempéries, d’autre part.
Ainsi, l’autorité chargée du secteur de l’eau a, lors d’une récente déclaration à la radio locale de Aïn-Témouchent, estimé le montant global alloué aux opérations retenues pour des travaux d’aménagement d’oueds à 5 milliards de dinars, une enveloppe destinée à redimensionner les cours d’eau, les reprofiler et les recalibrer selon les besoins des études afin de protéger les terres agricoles, les agglomérations, les fermes et douars et les routes contre les inondations qui ont causé de grands préjudices à beaucoup de citoyens. En somme, a-t-dit, 40 entreprises son engagées pour réaliser les grands aménagements hydrauliques et devront achever les travaux dans un délai de huit mois. Les menaces de crues sont persistantes pour les localités de Aïn El-Kihal, Terga, Aïn El-Arba, Hammam Bouhadjar, Oued Sebbah, Tamzoura, Bouzedjar et autres.

Source : Quotidien-Oran

One Comment

  1. AMIR dit :

    CA VA ETR CHAQUE ANNEE COMME CA LE RECHAUFFEMENT DE LA PLANETE IL FAU COMMENCER A CONSTRUIRE TOUS CE QU IL FAUT POUR FAIR FACE DANC LES ANNEE AVENIR

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman