Extrême prudence budgétaire

L’incertitude dont ont fait preuve et l’administration qui a conçu le projet de budget et l’APW étonne sachant que les ressources sont en augmentation sensible et constante depuis quelques années. L’APW a consacré sa dernière session de l’année écoulée, le 31 décembre exactement, à l’étude du seul budget primitif pour 2010, ce qui constitue une nouveauté par rapport à ses habituelles sessions marathons. Nouveauté également, la possibilité offerte aux élus pour répliquer aux réponses des membres de l’exécutif à leurs questions. Certains n’ont pas hésité à reprendre à rebrousse-poil leurs interlocuteurs même si l’on regrettera que certains élus s’aventurent à des remarques et des jugements sans s’être informés suffisamment sur le fond des problèmes soulevés, ce qui parfois ote sa pertinence au débat. Pour ce qui est du budget 2010, la prévision s’est cantonnée à une extrême prudence puisqu’il a été établi pour ce qui est de ses ressources propres à 577 336 946DA, soit au plus près des prévisions du budget primitif de 2009 (530 856 418DA) et non pas sur la base de celles plus fondées du budget définitif (839 710 488).
L’incertitude dont ont fait preuve et l’administration qui a conçu le projet de budget et l’APW, étonne sachant que les ressources sont en augmentation sensible et constante depuis quelques années alors que le wali a indiqué, lors de la même session, que ces ressources sont appelées à augmenter à la perspective d’un certain nombre de projets d’investissements industriels. A cet égard, le montant de la compensation accordée par l’Etat au titre de la péréquation a diminué pour cette raison de 189% ! En ajoutant la subvention au titre de l’entretien de la garde communale (698 526 066DA) et la cagnotte du fonds de wilaya (46 580 706DA), le budget a été arrêté à 1 322 443 718DA. La part du lion y est réservée au fonctionnement alors que celle consacrée au volet équipement et investissement atteint 15,60%. Petit détail piquant à relever concernant les recommandations de l’APW pour l’attribution de subventions, si la plupart répondent au souci légitime de satisfaire un peu tout le monde quitte à se livrer à du saupoudrage, certaines sont particulièrement surprenantes. Ainsi, cette subvention accordée à une association de théâtre inconnue au bataillon et dont aucun membre n’est connu par le petit microcosme témouchentois qui s’intéresse au 4ème des arts, ni par les institutions officielles de wilaya.

Source : El-Watan

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman