Festival de théâtre de marionnettes

A l’instar de la précédente édition, les trois pôles de représentation (Témouchent, Béni Saf et Hammam Bou Hadjar) sont maintenus avec le projet de faire essaimer les spectacles sur d’autres agglomérations pour peu que leurs élus s’impliquent par l’ouverture de lieux de représentation adéquats. De la sorte, le commissariat du festival compte ainsi atténuer la pression du nombre des spectateurs, tous les billets d’entrée ont été achetés aussitôt mis en vente. Au niveau du chef-lieu de la wilaya, la moitié du public est restée dehors, ce qui a mis à rude épreuve l’organisation de la manifestation. Le même scénario risque de se reproduire cette année, à moins que les autorités locales ne décident, dans un sursaut d’orgueil, de faire honneur au festival et de rendre la politesse au ministère de la Culture qui lui a fait élire domicile à Témouchent. Dans cette perspective, il y a la possibilité de l’ouverture d’une seconde salle de représentations avec la réhabilitation de la salle du Petit théâtre. Pour ce qui est du volet artistique, l’on s’attend à la participation d’un plus grand nombre de troupes que l’année dernière et l’on table sur l’impact du signal fort, donné par le jury du festival par son palmarès. Celui-ci avait encouragé la création et la créativité au détriment d’une routine exclusivement guidée par des raisons alimentaires et qui se traduit par le fourre-tout au détriment d’une saine pratique du 4e art. A cet égard, le festival a donné à voir deux tendances. Il y a celle imprimée depuis la période de El hadiqa essahira, émission enfantine des années 70 de la télévision, avec sa démarche à contenu infantilisant et moralisateur.
Pis, cette tendance s’est aggravée, déteignant sur toutes les troupes dans les années 90 tant pour ce qui est du théâtre d’acteurs pour enfants que pour ce qui est du théâtre de marionnettes, devenu exclusivement théâtre pour enfants. La majorité des troupes dont beaucoup, sans formation ni contact avec la pratique de par le monde, croit que le modèle imposé par les plus « importantes » d’entre elles, est unique. Ces compagnies se distinguent par le recours à des dialogues exclusivement en play-back et l’usage d’une tonitruante bande de son diffusant de la musique à satiété pour camoufler la médiocrité de leurs spectacles en provoquant chez les enfants l’excitation des sens pour l’excitation épidermique gratuite. Avec le play-back, les animateurs de ces troupes peuvent installer derrière le castelet n’importe qui pour agiter une marionnette et faire l’économie d’un marionnettiste. A cet égard, pour la présente édition, le commissariat a décidé de supprimer le prix réservé à la meilleure bande sonore et de répartir son montant au profit des autres prix. De la sorte, si les prix du meilleur spectacle, de la meilleure réalisation et du meilleur texte sont fixés respectivement à 250 000 DA, 150 000 DA et 120 000 DA, ceux du meilleur castelet, de la meilleure marionnette et le prix du jury passent à 70 000 DA.
Néanmoins, lors de la dernière édition du festival, trois troupes sur les quinze présentes ont révélé une nouvelle et prometteuse tendance où le manipulateur est un comédien qui use de sa voix et de sa dextérité pour animer un personnage et non plus un chiffon. A cet égard, Masrah Ellil de Constantine, qui a obtenu le grand prix, a versé non seulement dans la création, mais aussi dans l’innovation par rapport à la pratique en Algérie. Ainsi, les marionnettes sont constituées non pas par des chiffons, mais par des objets détournés de leurs usages habituels. C’est jusqu’au manipulateur qui se transforme à un moment en marionnette. Quant au Petit théâtre, une compagnie blidéenne qui a la particularité d’être une micro-entreprise, il a utilisé dans son spectacle des marionnettes-objets, alors que les personnages de tous les autres spectacles sont des animaux, des plantes ou des humains. Enfin, la troupe Taje de Tipaza, une association de théâtre amateur pratiqué par de jeunes enfants encadrés par des adultes, monte des spectacles spécialement destinés au public des crèches. Tout dans l’écriture dramatique et la mise en scène y est minutieusement étudié en fonction du niveau de développement psychologique atteint par les enfants de moins de quatre ans.Il n’est pas sans intérêt de signaler que le palmarès avait à ce point dérangé les « plus importantes » troupes au point d’avoir vainement tenté d’infliger une triste tournure à la clôture du festival.

Source : El-Watan

6 Comments

  1. abdelkhalek houari tro dit :

    autant que professionel je me permis de mettre de l’ordre dans votre vision sur le spectacl. tout d’abord le festival il est specifique à la marionnette soit aguaine ou a fil ou geante fabriquer par du chiffon comme vous le dite (un peu de respect pour la marionnette)pour le terme agiter les marionnettes c’est un peu fort. vous aurez pu emploier les termes suivantes( montreur manipulateur )pour le theàtre d’objets c’est theàtre qui na auqun lien avec la marionnette. alors pour le bien du festival est sa reussite soit artiste(libère ton esprit)

    Répondre
    • Dahou Ahmed dit :

      Abdelhak Houari n’est ni un specialiste, ni quelqu’un qui a étudié le théâtre. Il a appris sa pratique sur le tas. Je dis cela avec tout le respect pour l’artiste qu’il est. Néanmoins sa pratique set routinière s’en enant à ce qu’il a appris empiriquement. il oublie ainsi que la marionnette est par nature un objet et que dans cette mesure le théâtre de marionnettes est un théâtre d’objet. Cette notion de théâtre d’objet a été inventée pour des besoins médiatiques par un marionnettiste marseillais et non par la critique dramatique ou par les théâtrologues. Elle n’est pas universellement admise et n’a cours dans aucun festival de marionnettes de par le monde. Pourquoi vouloir l’imposer en Algérie et bloquer toute créativité? Ceci étant Abdelhak Houari est libre de croire à la classification qu’il veut.

      Répondre
      • abdelkhalek houari tro dit :

        Bonsoir dahou ahmed certe j’ai pas etudier le théatre de la maroinnette mais j’ai de l’experience dans le domaine. je ne suis pas contre le théatre d’objet, bien au contraire j’envisage de monter un spectacle dans le genre. pour ce qui est du festival de la marionnette je crois le theatre d’objet passe hors competition d’apres le reglement de la premiere edition du festival(chlef) pour votre information j’ai eu le prix du meilleur spectacle (elmalik elhairan)2007 a ain temouchent. je suis dans mon toisieme spectacle. rendez vous pour le prochain festival. bonne nuit Dahou ahmed merci pour votre observation.

        Répondre
  2. Saïd Belhocine dit :

    Moi, je ne suis pas spécialiste comme semble l’être Dahou, ni un artiste qui a appris sur le tas et qui a acquis de l’expérience comme Abdelhak.Néanmoins, ce dernier où il n’a pas compris le propos de Dahou et c’est grave ou il fait semblant et c’est plus grave encore. Toujours est-il que si à Chlef il avait été statué que lors de la compétition, il n’y a droit que la marionnette à gaine et à fil, c’est que le commissariat du festivalde Chlef n’y a rien compris d’où peut-être pourquoi le festival a été délocalisé sur Témouchent. Et à ma connaissance,le réglement intérieur du festival à Témouchent ne précise nullement quels types de marionnettes doivent être pratiqués par les troupes pour prétendre à la compétition.

    Répondre
    • abdelkhalek houari tro dit :

      je croi que le comissariat du festival de la marionnette de ain temouchent doivent publier sur internet le reglement interieure du festival pour permettre aux troupes participantes de choisir le type de spectacle et le genre de marionnette qui va avec afin d’eviter toute polimique pendant lacompitition et tout le monde guarde le sourire a la cloture du festival (BON NUIT)

      Répondre
  3. guragouse dit :

    bon jour je pense qu il faut comprendre une chose nous les marionitiste en a l’experience parce que c des anneès et des anneès que en est dans le mètier de la marionnette vous les administrateur et journaliste et ……………..etc..
    vous etes present pour fèter le festival et vous parler trop vous savez tous et vous maitrisez tous un peut de respect pour nous les marionetiste parce que en a une tache lourd a acomplire est en c bien c quoi le festival de la marionnette et c quoi le thèatre d’objet .

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman